Le chef Harel a aussi souligné que pour la première fois dans l'histoire de Gatineau, aucun homicide n'a eu lieu sur le territoire de la Ville en 2016.

Marijuana: Gatineau se prépare pour la légalisation

L'activité criminelle est demeurée stable sur le territoire de la Ville de Gatineau en 2016, révèle le bilan présenté aux élus, mardi, par le directeur du service de police, Mario Harel.
Les crimes contre la personne ont diminué de 3 % par rapport à 2015, à savoir une baisse de 100 crimes. À l'opposé, les crimes contre la propriété affichent une légère hausse de 2 %, soit 138 crimes de plus que l'année précédente. Au total, en 2016, il y a eu 10 793 infractions criminelles, deux de plus qu'en 2015. 
Le chef Harel a aussi souligné que pour la première fois dans l'histoire de Gatineau, aucun homicide n'a eu lieu sur le territoire de la Ville en 2016. 
L'attention lors de ce bilan s'est toutefois rapidement dirigée vers l'un des sujets de l'heure au Canada, la légalisation de la marijuana. Le SPVG admet qu'il devra tripler, sinon quadrupler le nombre de policiers experts en détection des drogues au volant afin de pouvoir intervenir correctement et lutter contre la conduite avec facultés affaiblies par la drogue. 
« La conduite avec faculté affaiblie par la drogue est un phénomène qui existe déjà, mais qui est appelé à augmenter avec la légalisation de la marijuana, note M. Harel. Un cas d'alcool au volant nous prend environ trois heures à traiter. C'est déjà beaucoup de temps et de ressources. Avec la drogue, ce sera encore plus long. On s'attend à ce que la charge de travail augmente. » 
Le SPVG n'est pas le seul service municipal où la légalisation aura des impacts à Gatineau. C'est pourquoi une importante rencontre en haut lieu se tiendra, mercredi, à Gatineau, afin de se préparer aux enjeux de la légalisation, a fait savoir le maire Maxime Pedneaud-Jobin. 
« Il y aura des enjeux d'urbanisme, de consommation en milieu de travail, des enjeux policiers et de cohabitation, dit-il. On veut se préparer afin d'être en mesure de faire de meilleures revendications aux différents gouvernements le temps venu. »
Cellulaire au volant
Le chef Harel admet que le message concernant le cellulaire au volant ne passe pas à Gatineau, alors que 3367 conducteurs ont reçu un constat d'infraction pour avoir utilisé leur téléphone au volant en 2016. C'est 684 de plus qu'en 2015. « Nos policiers redoublent d'efforts pour pincer ces gens-là, mais eux aussi redoublent d'efforts pour contourner le règlement et continuer d'utiliser leur téléphone, insiste le directeur du SPVG. Les statistiques nous démontrent que l'inattention au volant devient une cause importante de décès sur nos routes. En 2016, à Gatineau, des six accidents mortels survenus sur nos routes, aucun n'était lié à l'alcool ou la vitesse. »