Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La forêt Boucher
La forêt Boucher

Marianne Strauss quitte la Fondation de la Forêt Boucher

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Après sept ans à oeuvrer au sein de la Fondation de la Forêt Boucher, dont les trois dernières à titre de directrice générale, Marianne Strauss quittera ses fonctions le 29 janvier prochain. L’organisme en a fait l’annonce mardi en début d’après-midi. 

Mme Strauss est dans l’obligation de mettre de côté ce qu’elle qualifie d’«immense morceau» de sa vie afin de se consacrer à un nouvel emploi qu’elle vient d’obtenir à la Ville de Gatineau. Elle deviendra adjointe aux directions territoriales de Hull et d’Aylmer dès son départ de la fondation. 

«La forêt Boucher a changé ma vie de tellement de façons, a-t-elle écrit sur sa page Facebook. C’est elle qui m’a permis de découvrir Gatineau et de développer un sentiment appartenance très fort pour cette ville et les gens qui l’habitent. C’est grâce à elle que j’ai rencontré des centaines de personnes fabuleuses qui ont eu un impact sur moi, chacun à leur façon.»

Marianne Strauss

Mme Strauss estime que la personne qui la remplacera à la tête de la fondation hérite d’un projet «enthousiasmant» déjà bien en selle. Grâce à un investissement de 785 000 $ de la Ville et d’un montant supplémentaire de plus de 400 000 $ amassé par la fondation, l’aménagement du parc de la forêt Boucher et sur le point de s’amorcer. D’ici 2027, la forêt comptera, entre autres, 8 km de sentiers aménagés, dont 1,2 km en trottoirs de bois à travers les milieux humides plus sensibles.  

«Au-delà du travail colossal et remarquable qu’elle a réalisé tout au cours de son parcours avec la fondation, elle [Mme Strauss] nous lègue aujourd’hui, ainsi qu’aux générations futures, le projet du 2e plus grand parc municipal gatinois à l’aube de sa naissance, a affirmé Christina Richard, présidente de la fondation. Elle n’a jamais compté ses heures et c’est l’ensemble de notre communauté qui bénéficiera des fruits de son travail.»