Louise Boudrias a décidé de ne pas se présenter à la mairie aux prochaines élections municipales de 2021.
Louise Boudrias a décidé de ne pas se présenter à la mairie aux prochaines élections municipales de 2021.

Louise Boudrias se désiste de la course à la mairie de Gatineau

EXCLUSIF / La conseillère Louise Boudrias a terminé sa réflexion sur son avenir en politique. Le Droit a appris que la principale adversaire du maire Maxime Pedneaud-Jobin à la table du conseil municipal a décidé de ne pas se présenter à la mairie aux prochaines élections de 2021. 

La conseillère souhaitait annoncer publiquement sa décision à la mi-juin, mais son plan de match a été bousculé par une fuite provenant d’une personne de son entourage. 

En entrevue avec Le Droit, Mme Boudrias explique que sa décision de se désister de la course à la maire est motivée par des raisons personnelles. «La COVID-19 m’a beaucoup fait réfléchir, dit-elle. Le confinement m’a permis de passer beaucoup de temps avec mon chum. On a beaucoup discuté. Je me suis énormément ennuyée de mes enfants et de mes petits-enfants. C’est comme si ça m’avait donné une image de ce que serait ma vie une fois à la mairie de Gatineau. J’avais le choix à faire entre la politique ou ma famille.»

Mme Boudrias a aussi voulu précipiter l’annonce de sa décision afin, dit-elle, de laisser plus de temps à d’autres candidats potentiels de se préparer. La conseillère a souvent répété que son avenir en politique passait par la mairie et qu’un poste de conseillère ne l’intéressait plus. Cette position pourrait cependant changer d’ici l’automne 2021. 

«Pour moi, l’administration du maire Pedneaud-Jobin est un échec, affirme-t-elle. S’il y a un risque que ce soit encore lui qui gagne les prochaines élections, je ne me vois pas faire un autre quatre ans avec lui comme maire. Cependant, s’il y a un autre candidat à la mairie avec qui je partage la même vision et qui aurait une chance de gagner, je pourrais réfléchir à me représenter comme conseillère.»

Mme Boudrias avait toutefois un message à livrer à ceux qui songent à se présenter contre le maire Pedneaud-Jobin. «Ils devront avoir la sagesse et la maturité de choisir un seul candidat et de se ranger derrière lui, sinon il va arriver la même chose qu’aux dernières élections et le vote sera divisé.»


« Pour moi, l’administration du maire Pedneaud-Jobin est un échec. S’il y a un risque que ce soit encore lui qui gagne les prochaines élections, je ne me vois pas faire un autre quatre ans avec lui comme maire. »
Louise Boudrias

L’un des plus fidèles alliés de Mme Boudrias à la table du conseil, le conseiller Jocelyn Blondin, dit respecter la décision de sa collègue, mais ne cache pas sa déception. «Je suis déçu, dit-il. C’était une de mes conditions pour que je me représente comme conseiller. Moi, je ne vais pas faire un autre quatre ans avec Maxime Pedneaud-Jobin, je ne suis plus capable. Si un candidat intéressant et qui a des chances de gagner se présente, ça pourrait jouer dans ma décision. Ça devra être une lutte à deux, sinon le maire va encore passer à travers les branches dans un vote divisé et avec une minorité.»

Le conseiller Marc Carrière qui est aussi associé depuis longtemps à Mme Boudrias au conseil se désole de la décision de sa collègue. «Je croyais beaucoup en elle à la mairie, mais il faut respecter son choix. La mairie d’une grande ville comme Gatineau c’est énormément de temps et c’est difficile pour les proches.»

Ce dernier n’est cependant pas prêt à affirmer comme le conseiller Blondin qu’il remet en question son avenir en politique si le maire Pedneaud-Jobin devait avoir des chances d’être réélu. «Il est trop tôt pour prendre une décision, mais ça n’aura pas d’impact pour moi, dit-il. On est tous là pour les mêmes raisons qui sont de représenter les citoyens.»

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin

Ce désistement de la principale critique du maire du maire parmi les élus gatinois laisse pour l’instant Maxime Pedneaud-Jobin seul en lice pour sa succession dans un peu plus d’un an. Le conseiller Jean-François LeBlanc est actuellement le seul autre élu à avoir signifié un intérêt pour l’emploi, mais n’a jamais confirmé ses intentions. Un sondage paru plus tôt cette année lui avait cependant été très défavorable.