Le maire Maxime Pedneaud Jobin, qui a dû enfiler le chandail des Tigres de Victoriaville à la suite de leur victoire en séries éliminatoires face aux Olympiques de Gatineau, croit que le BOG a déjà eu la chance de s’expliquer.

L’Ombudsman n’aura pas à s’expliquer

L’Ombudsman de Gatineau n’aura pas la chance de venir se défendre devant le conseil municipal.

Les élus gatinois, à 14 contre 5, ont rejeté la résolution déposée par la conseillère Louise Boudrias qui souhaitait que le conseil donne la chance au Bureau de l’ombudsman de Gatineau (BOG) de pouvoir revenir avec les élus sur dur rapport de la Vérificatrice générale rendu public la semaine dernière.

« On a fait le procès du BOG sur la place publique et je crois que c’est la moindre des choses de lui permettre de venir s’expliquer », a lancé Mme Boudrias à ses collègues, mardi, quelques heures avant la séance du conseil municipal.

Dans les instants suivant le rejet de la résolution, le maire Maxime Pedneaud-Jobin a mentionné que le BOG s’était déjà « exprimé allègrement dans les médias au cours des derniers jours ». Selon lui, une telle rencontre avec le BOG serait contre-productive.

Le maire a admis qu’il est actuellement difficile de juger si cette situation aura un impact à long terme sur la crédibilité du BOG et de la Vérificatrice générale. « On est au cœur d’une tempête, c’est une période de turbulence, mais je ne pense pas qu’on est en train de remettre en question ces institutions, a-t-il indiqué. Peut-être qu’on aurait pu faire affaire avec une autre ressource externe [pour l’audit de conformité], mais je crois encore que la VG était une bonne option. »

Mme Boudrias était déçue de la décision du conseil municipal, mais elle a affirmé qu’elle s’attendait à ce résultat.

« Au moins nous aurons eu un débat à la table et c’est ça qui était important, dit-elle. Ça va peut-être faire avancer le dossier plus rapidement. Il faut régler tout ça et redonner ce service aux citoyens. Il faut prendre une décision très rapidement. Ça devient très difficile pour le président de l’Ombudsman de continuer avec tout ce qui se passe. Il faut prendre une décision d’ici les deux prochains mois. »