André Guay a démissionné de son poste de président du Bureau de l'ombudsman de Gatineau.

L’Ombudsman de Gatineau démissionne

Le président du Bureau de l’ombudsman de Gatineau (BOG), André Guay, en a assez et jette l’éponge. Il a annoncé, mercredi, qu’il quittait ses fonctions d’Ombudsman.

« Quand j’ai vu le peu d’appui et le peu de considération qu’il y avait au conseil pour le Bureau de l’Ombudsman, mardi, j’ai décidé que c’était terminé pour moi, a-t-il indiqué au Droit. C’est très décevant d’avoir dû en arriver là, j’aurais préféré une fin de mandat plus sereine, mais les carottes étaient cuites. »

Le BOG traverse une véritable tempête depuis le dépôt du rapport de la Vérificatrice générale, la semaine dernière, dans lequel la crédibilité de l’Ombudsman a été vivement attaquée, voire réduite presque à néant. « Pour l’institution du BOG, c’est un très dur coup, admet M. Guay. Je ne sais pas si elle va se relever de ça. Nous sommes tous des bénévoles, tous des gens de bonne volonté qui sont là pour servir le citoyen. »

M. Guay remarque toutefois qu’il n’y a pas que le BOG qui est ébranlé aujourd’hui. « Ce sont plutôt deux institutions importantes qui le sont, dit-il. Le BOG, mais aussi la Vérificatrice générale dont le rapport et l’exercice ont été vivement critiqués. »

Pour l’instant, les commissaires du BOG demeurent en poste, mais la secrétaire générale du Bureau, Hélène Chagnon, précise qu’une rencontre dont l’issue est encore incertaine est prévue dans un court délai. 

« Ils auront des décisions à prendre parce que ce n’est vraiment pas facile pour eux actuellement », a ajouté M. Guay. 

La vice-présidente du BOG, Ginette Mercier, devient maintenant par défaut la présidente par intérim de l’institution. Toutefois, pour que le conseil se conforme à sa propre réglementation, il doit lui-même nommer la personne qui occupera les fonctions d’Ombudsman, que ce soit pas intérim ou pas. 

Bénévolat salué

Le président du conseil municipal, Daniel Champagne, a d’abord tenu à saluer M. Guay. «

Les dernières semaines ont été difficiles, mais il faut regarder ça sur son ensemble et quelqu’un qui a donné plusieurs années de bénévolat à la Ville mérite d’être salué », a-t-il affirmé.

Quant à la suite des choses, il semble évident que le modèle du BOG est appelé à changer de manière importante au cours des prochains mois, mais rien n’est encore très clair sur ce que fera le conseil municipal à court terme. 

« À court terme, pour les prochains jours, je n’ai pas encore de réponse à offrir quant à nos obligations pour nous conformer à notre propre réglementation, a indiqué M. Champagne. Est-ce que ça veut dire dissoudre le Bureau, ou encore nommer la vice-présidente pour assumer l’intérim ? Il est trop tôt pour le dire. On devra cependant comme conseil être en mesure de nous prononcer très très très rapidement sur les prochaines étapes. »