Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un nouveau projet de logements abordables doit être construit au 120, boulevard Lorrain par les Habitations de l’Outaouais métropolitain, le bras immobilier de l’Office d’habitation de l’Outaouais.
Un nouveau projet de logements abordables doit être construit au 120, boulevard Lorrain par les Habitations de l’Outaouais métropolitain, le bras immobilier de l’Office d’habitation de l’Outaouais.

Logement à Gatineau: critiquer l’arbre et oublier la forêt, rétorque Pedneaud-Jobin

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Critiquer les règles qui guident la Ville de Gatineau dans le choix des projets de logements sociaux sur son territoire équivaut à se «concentrer sur l’arbre en oubliant la forêt», selon le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

Dans un contexte où le nombre d’unités de logement abordable pouvant être financées chaque année est limité, l’utilisation d’un critère pouvant empêcher la réalisation d’un projet en raison de la trop forte concentration de logements sociaux dans un même secteur est pertinente, selon le maire. «Si ça fait qu’un projet est moins idéal qu’un autre, dans un contexte de rareté, je pense que l’utilisation d’un tel critère ça se défend, explique-t-il. C’est un critère parmi d’autres. On en analyse beaucoup parce qu’un moment donné, on n’a pas le choix de discriminer. Mais le vrai problème, ce n’est pas la concentration, c’est la rareté.»

Le Droit a rapporté des critiques du milieu du logement, au cours de la dernière semaine, voulant que des projets de logements abordables aient pu être écartés dans certains secteurs en raison d’une concentration trop importante de logements sociaux aux yeux de la Ville.

«On peut se concentrer sur certains projets et apporter des critiques comme ça, mais selon moi on se concentre sur l’arbre et on oublie la forêt en matière de logement social à Gatineau, a affirmé le maire. Le problème profond c’est le manque d’unités du programme AccèsLogis accordées par le gouvernement du Québec. Avec la mairesse Valérie Plante (Montréal) et le maire Régis Labeaume (Québec), nos lignes de presse sont les mêmes face au gouvernement, c’est AccèsLogis, AccèsLogis et AccèsLogis. On peut se réjouir de l’argent reçu pour la rénovation domiciliaire, il y a des pas positifs qui se font, mais ce qui va permettre de changer la situation à Gatineau, c’est l’augmentation du nombre d’unités d’AccèsLogis. C’est ça la solution. Le reste c’est périphérique, voire cosmétique.»

De nouveaux logements

Le conseil municipal a autorisé, mardi, la part municipale de 15 % du financement de deux projets de logements abordables totalisant 168 nouvelles unités d’habitation. Le premier doit être construit au 120, boulevard Lorrain par les Habitations de l’Outaouais métropolitain, le bras immobilier de l’Office d’habitation de l’Outaouais. L’immeuble comprendra 40 logements d’une chambre à coucher, 48 logements de deux chambres et huit logements de trois chambres. La contribution de la Ville atteindra 2,1 millions $.

Le deuxième projet ajoute 72 logements et doit être construit dans le Plateau au 330, boulevard de l’Europe. Ce dernier faisait du surplace depuis 2016, même si Gatineau avait confirmé sa participation financière de 1,7 million $. La Société d’habitation du Québec (SHQ) a confirmé la sienne en septembre dernier.