François Roy, de Logemen'occupe

Logemen'Occupe dénonce un autre logis insalubre

Logemen'Occupe réclame l'intervention de la Ville de Gatineau pour forcer la propriétaire d'un logement, jugé insalubre, à rénover son appartement et réclame un logement d'urgence pour la locataire et sa fille.
Le coordonnateur de Logemen'Occupe, François Roy, a dénoncé, hier, l'inaction de la ville, même si la locataire a porté plainte il y a un mois au sujet de l'état de son logement. La dame qui vit de l'aide sociale et qui a une fille de cinq ans habite dans ce logement de la rue Adélard depuis un an et demi.
«La ville s'est engagée à intervenir rapidement pour forcer les propriétaires de taudis à rénover leurs logements, mais rien n'a changé. La conseillère Sylvie Goneau (responsable du dossier de l'habitation) a déclaré à plusieurs reprises que la ville agirait rapidement, mais une fois la crise des logements de la rue Morin passée, le naturel est revenu au galop», de dire M. Roy.
Selon François Lévesque, un inspecteur en bâtiment mandaté par Logemen'Occupe, le logis est dans un piètre état et d'importants travaux sont nécessaires pour une occupation saine et sécuritaire de l'appartement. À son avis, la nature des travaux à faire nécessite la relocalisation des locataires.
La locataire dit avoir demandé à la propriétaire de faire les réparations, sans résultat. «Au début, je voyais bien que le logement n'était pas idéal, mais il est très difficile de trouver un logis lorsqu'on vit de l'aide sociale. Ça m'inquiète principalement en raison de l'état de la salle de bains, des moisissures et du fait que la porte d'entrée n'est pas sécuritaire.»
Hier, Sylvie Goneau a réagi prudemment en rappelant que les locataires peuvent aussi porter plainte auprès de la Régie du logement. Elle a promis de vérifier ce qui était advenu de la plainte de la locataire auprès de la Ville de Gatineau.
La propriétaire de l'édifice, Denise Lacasse, était surprise d'apprendre que le logement est dans un tel état.