Autant du côté ontarien que québécois, l’industrie touristique salive à l’idée d’avoir une attraction comme l’Interzip Rogers à insérer dans leurs campagnes publicitaires pour vanter la grande région d’Ottawa-Gatineau auprès de la clientèle d’ailleurs au pays.

«L’incarnation de la porte d’entrée»

Autant du côté ontarien que québécois, l’industrie touristique salive à l’idée d’avoir une attraction comme l’Interzip Rogers à insérer dans leurs campagnes publicitaires pour vanter la grande région d’Ottawa-Gatineau auprès de la clientèle d’ailleurs au pays.

« On joue en région. Il y a dix ans, on n’aurait pas été ici pour faire une annonce de cette nature-là. On n’était pas prêts. Notre région a atteint un niveau de maturité dans ses relations pour lequel on doit être extrêmement fiers. Oui, parfois on peut être des rivaux dans certains champs, mais plus souvent nous sommes des alliés », a fièrement lancé la présidente-directrice générale de Tourisme Outaouais, France Bélisle.

À son avis, Orkestra amènera la région de la capitale nationale à un échelon supérieur grâce à sa dose d’audace.

« C’est une entreprise qui essaie des choses différentes, qui prend des risques. [...] Être un entrepreneur touristique, c’est prendre encore plus de risques, parce que c’est de se lever debout devant les éléments de la météo », dit-elle.

De son côté, le président-directeur général de Tourisme Ottawa, Michael Crockatt, estime que la tyrolienne unique en son genre permettra d’apprécier pendant un court instant les vues l’horizon des deux côtés de la rivière, par exemple la colline du Parlement, au sud ; les chutes de la Chaudière, à l’ouest ; et les collines de la Gatineau, au nord.

Mme Bélisle se dit convaincue que ce nouveau produit touristique a carrément le potentiel de se tailler une place au haut du palmarès des activités les plus populaires dans la région.

« C’est l’incarnation de la porte d’entrée qu’est l’Outaouais. [...] Le succès de la tyrolienne va aussi résider dans sa capacité à créer des forfaits, c’est-à-dire de vendre un bouquet d’expériences, alors ce sera une bonne idée de s’associer aux restos et hôtels du centre-ville pour proposer une expérience globale aux visiteurs afin de générer des retombées économiques plus larges », explique-t-elle.

Elle estime que, « sans vouloir faire de l’âgisme », l’Interzip attirera non seulement une jeune clientèle touristique, mais également des gens qui sont toujours prêts à débourser pour ce type d’activité trépidante, au même titre que le rafting, le bungee ou le parachutisme, par exemple.

Rappelant que des événements comme les spectacles estivaux du Cirque du Soleil en 2017 et 2019 ont eu « des impacts directs sur les ventes des commerçants et le dynamisme du centre-ville de Gatineau », Mme Bélisle pense que cette tyrolienne pourrait très bien être une autre bougie d’allumage pour ce secteur de l’île de Hull.

La ministre du Tourisme du Québec, Caroline Proulx, ainsi que la ministre des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture de l’Ontario, Lisa MacLeod, ont toutes les deux salué la concrétisation prochaine de ce projet.