L'an dernier, un marquage de rue on ne peut plus contradictoire avait fait le tour du Web en un rien de temps.

Lignbec: une pénalité de 70 000 $ pour «du travail de cabochon»

La Ville de Gatineau sévit de nouveau contre la firme Lignbec pour les nombreux ratés et retards dans les travaux de marquage de la chaussée l'an dernier. Une pénalité et des retenues de 70 000 $ sont imposées à l'entreprise de Saint-Eustache, une somme correspondant à 18 % de la valeur des contrats qui lui avaient été octroyés.
« Quand on travaille pour la Ville, ça doit être bien fait, sinon il y a des conséquences. (...) Le message que j'envoie, c'est que lorsque les gens font du travail de 'cabochon' comme dans le cas des flèches du mauvais côté, c'est assez difficile à battre comme erreur. On ne peut pas tolérer ça, on a eu l'air fou à la grandeur du Québec et même au-delà des frontières », a déploré mercredi le maire Maxime Pedneaud-Jobin.
L'été dernier, l'ex-maire Marc Bureau était sorti de ses gonds en décrivant le tout comme « le pire contrat municipal de marquage de rue que nous avons eu à Gatineau ».
Un total de 200 oublis avaient été répertoriés sur les artères du territoire. Du marquage était même manquant en pleine rentrée scolaire aux abords de certaines écoles.
Deux des contrats de marquage entre la Ville et Lignbec, une filiale de TRA Inc., ont été résiliés en octobre dernier, alors que le troisième contrat ne sera pas prolongé d'une année.
« Vraiment, le conseil exécutif a la volonté, et je suis convaincu que tout le conseil municipal est en accord, de serrer la vis. Quand ça se passe, on va utiliser les moyens qui sont à notre disposition, tant que c'est dans l'intérêt des citoyens, car parfois ça peut coûter cher. Et on le fait publiquement, car on veut envoyer un message », soutient le maire.
En date d'aujourd'hui, plusieurs travaux de marquage réalisés présentent toujours des déficiences de qualité.
Mauvais côté
Rappelons que Lignbec avait aussi attiré l'attention sur son travail en juillet dernier avec un marquage de la chaussée on ne peut plus contradictoire fait à l'angle du chemin Lépine et de la rue MacLaren Est, dans le secteur Buckingham. En direction est, sur la voie de gauche du chemin Lépine, trois grosses flèches blanches avaient été peintes sur la chaussée. La première invitait les automobilistes à tourner à gauche, mais les deux suivantes proposaient aux conducteurs un virage à droite.
Impossible pour l'instant de savoir pour l'instant si Lignbec pourra de nouveau participer à un éventuel appel d'offres pour le marquage des rues gatinoises.
Contactée par LeDroit, la compagnie TRA Inc. a refusé de commenter le dossier.