La Fonderie reçoit de forts appuis dans les secteurs Hull et Aylmer.

L'idée d'un marché public permanent plaît aux Gatinois

Plus des trois quarts (77%) des Gatinois sont favorables à l'implantation future d'un marché public permanent au centre-ville, révèle un sondage effectué par la firme Segma Recherche pour le compte de Vision centre-ville Gatineau. Le projet, qui pourrait voir le jour au rez-de-chaussée et à l'extérieur de l'édifice de la Fonderie, obtient de forts appuis dans les secteurs Hull et Aylmer, alors que les citoyens des secteurs Gatineau, Buckingham et Masson-Angers semblent un peu moins chauds à l'idée.
Au moment où la Ville de Gatineau caresse des projets dont la valeur totalise 103 millions$ pour le centre-ville au cours des 15 prochaines années, 84% des citoyens croient que la présence d'un marché public contribuerait à revitaliser le secteur.
Fréquentation
Si le marché public ouvrait ses portes à la Fonderie, 23% des Gatinois comptent le fréquenter une fois par semaine ou plus, alors que 39% d'entre eux le feraient quelques fois par mois. Alors que seulement 2% des citoyens du secteur Hull affirment qu'ils ne fréquenteraient jamais l'endroit, ils sont respectivement 15% et 28% à dire la même chose dans les secteurs Gatineau ainsi que Buckingham et Masson-Angers. Les fruits et légumes, les produits laitiers, la fromagerie, la boulangerie, la pâtisserie et la poissonnerie sont les types de commerces les plus souhaités par la population. Près de 40% des gens estiment que d'autres types de commerces tels qu'une boucherie ou une charcuterie devraient aussi s'y retrouver.
L'emplacement du marché public obtient la faveur de 62% des citoyens. Les habitants du secteur Hull sont les moins réticents au site de la Fonderie.
La moitié des répondants (51%) estiment que le marché public modifierait leurs habitudes d'achats alimentaires. Les habitants du secteur Hull (62%) sont toutefois nettement plus nombreux à penser ainsi que ceux des secteurs Buckingham et Masson-Angers (31%).
Le projet d'aménagement d'un marché public permanent a obtenu l'appui de l'Association des marchés publics du Québec (AMPQ).
Dleblanc@ledroit.com