Le ruisseau de la Brasserie est toujours dans la mire de la Ville de Gatineau.

L’heure des bilans pour 156 millions $ de projets à Gatineau

Gatineau ne manque pas de projets de développement. Les élus en ont inscrit pour 156 millions $ depuis cinq ans. Déploiement des bibliothèques, revitalisation du centre-ville, développement du ruisseau de la Brasserie, marché public à la Fonderie ; la liste est longue. L’heure était au bilan, mardi, alors que s’achève le premier plan d’investissement 2015-2018 de l’administration Pedneaud-Jobin.

L’état d’avancement varie grandement d’un projet à l’autre, mais globalement, les élus ont trouvé très peu à redire. Certains projets ont cependant retenu l’attention plus que d’autres. 

Bibliothèques

Alors que la bibliothèque du Plateau est en voie d’ouvrir ses portes le printemps prochain et que les grandes décisions financières ont déjà été prises dans le cas de Lucy-Faris, le cas de Guy-Sanche demeure encore flou. Dans ce cas, la conceptualisation du projet se fait étroitement avec la direction de la Maison de la culture qui travaille sur un projet de salle à géométrie variable. Une étude de marché et de faisabilité a été réalisée et présentée au conseil d’administration l’an passé. L’agrandissement de Guy-Sanche devrait éventuellement s’arrimer au projet de la Maison de la culture. Dans le cas de la bibliothèque centrale, une méthodologie pour le développement du concept doit être présentée en décembre prochain. 

Ruisseau de la Brasserie

Présenté comme prioritaire par le maire Maxime Pedneaud-Jobin lors de son arrivée à la mairie en 2013, le projet de réaménagement des berges du ruisseau de la Brasserie a connu plusieurs embûches au fil des ans. Les aménagements de surface qui avaient été promis n’ont toujours pas été réalisés. La volonté affirmée de la Commission de la capitale nationale (CCN) de décontaminer le site — qui lui appartient en grande partie — a forcé la Ville à lever le pied. 

« La CCN ne bloque pas le projet, elle veut décontaminer et il faut le souligner parce que c’est une très bonne chose, a insisté le président du comité exécutif, Cédric Tessier. Je voudrais que ça se fasse plus rapidement. Ça doit se faire depuis deux ans. J’ai hâte que ça se fasse. Ce n’est pas la Ville qui contrôle ces travaux-là. À ce stade-ci, je ne peux qu’espérer que les travaux soient réalisés le plus vite possible. »

Marché public

Un projet de marché public régional dans l’édifice de la Fonderie est dans les cartons depuis de nombreuses années, mais n’a jamais vu le jour notamment parce que la Ville n’a jamais été en mesure de trouver un partenaire intéressé à porter ce projet à bout de bras. 

Dernièrement, le programme de zone d’innovation présenté par le gouvernement du Québec est venu ajouter une couche d’incertitude dans le dossier. 

La Ville de Gatineau a identifié le secteur de la Fonderie comme éventuelle zone d’innovation. 

« Ça ne veut pas dire que le marché public n’est pas faisable à cet endroit, a souligné M. Tessier. Ceci dit, on ne va pas aménager un marché public à cet endroit sans savoir ce qui va venir avec la zone d’innovation. Il faut mailler les deux et trouver un partenaire, mais le projet de marché public n’est pas mort. L’argent est réservé. » 

Le président du comité consultatif agricole, Jean Lessard, a rappelé que le projet de marché public est une priorité pour les agriculteurs de la région et il entend ramener le dossier à l’avant-plan dans les prochains mois.