Même s’il n’est plus conseiller, Maxime Tremblay devra continuer d’honorer le code d’éthique des élus municipaux.

L'ex-conseiller municipal Maxime Tremblay embauché par Brigil

L’ancien conseiller municipal du district du Plateau et membre du comité exécutif de la Ville de Gatineau, Maxime Tremblay, vient d’être embauché par Brigil.

M. Tremblay a confirmé au Droit être à l’embauche de l’important promoteur immobilier gatinois depuis le 16 juillet dernier. Il s’agit d’un poste permanent. « Je travaille avec l’équipe de développement des projets en cours ou à venir, explique l’ancien élu municipal. Il m’arrivera à l’occasion de transiger avec l’administration municipale. Je suis nouvellement enregistré au Registre des lobbyistes. »

Avant de faire le saut en politique municipale, en 2009, M. Tremblay a œuvré dans le domaine communautaire, ainsi que pour une grande corporation bancaire. Depuis son départ de la politique, il était travailleur autonome et agissait comme consultant en gestion. « Je vois cette opportunité chez Brigil comme une belle occasion de pouvoir relever de nouveaux défis », dit-il.

M. Tremblay reconnaît que sa connaissance de l’appareil municipal sera un atout dans ses nouvelles fonctions chez Brigil. Il a agi pendant huit ans comme conseiller du district du Plateau. Il a aussi dirigé la commission de révision des dépenses. « Je connais la culture de la Ville de Gatineau, dit-il. Je maîtrise le nouveau schéma d’aménagement et ses principes. C’est certain que ça va me servir dans mes nouvelles fonctions. »

Même s’il n’est plus conseiller, M. Tremblay devra toutefois continuer d’honorer le code d’éthique des élus municipaux qui prévoit qu’« un membre du conseil municipal, qui a cessé d’exercer ses fonctions, ne doit pas divulguer l’information confidentielle qu’il a obtenue […] et ne doit pas non plus donner à quiconque des conseils fondés sur de l’information non disponible au public ». Le code prévoit aussi qu’« un membre du conseil municipal ne peut, après voir terminé son mandat, tirer un avantage indu de ses fonctions antérieures, ni révéler ou utiliser à son profit une information confidentielle acquise dans l’exercice de ses fonctions municipales ».