Le parc de maisons mobiles Riviera est une fois de plus touché par des inondations.

L’évacuation, pas une option pour tout le monde

Les résidents du parc de maisons mobiles Riviera se voient une fois de plus touchés par des inondations. Cependant, cette fois, l’évacuation n’est pas une option pour tous les citoyens.

Mercredi soir, les pompiers du Service de sécurité incendie de Gatineau (SSIG) ont rendu visite à certaines propriétés du parc de maisons mobiles Riviera. Le but de leur tournée, sensibiliser les résidents à une possible isolation du quartier.

À la suite de la visite des pompiers, les citoyens devaient décider s’ils désiraient rester ou plutôt évacuer le secteur, le temps de l’opération de nettoyage.

Dans le cas de Guylaine Racine, résidente du quartier depuis un an, la réponse est bien claire. L’évacuation n’est pas une option.

« Nous allons rester ici, a-t-elle lancé en entrevue avec Le Droit. La dernière fois on avait évacué parce que les chemins étaient vraiment inaccessibles, mais là, avec la présence de notre chien et avec le fait qu’on a un accès limité, on est en mesure de circuler ne serait-ce que pour aller travailler. »

En effet, ce n’est pas la première fois que le parc Riviera est aux prises avec des inondations.

« C’est arrivé au mois d’août dernier, souligne Mme Racine. Par contre, j’ai parlé avec certains résidents et ça faisait peut-être une dizaine d’années qu’ils n’avaient pas connu des accumulations d’eau aussi importante avant ça. »

Aux dires de la résidente, la situation est toutefois assez sécuritaire pour demeurer dans le secteur.

« La police surveille et la Ville de Gatineau procède à des travaux, donc s’ils nous permettent de passer un à un, c’est parce que c’est en partie sécuritaire », estime-t-elle.

Différentes équipes de la Ville effectuent des opérations sur le terrain, notamment pour dégager les puisards et vérifier les infrastructures routières. D’autres surveillent le réseau d’aqueduc et d’égout ainsi que les bassins de rétention.

Malgré le fait que Dame Nature ait un contrôle total sur l’intensité et la durée des précipitations, Mme Racine croit que des accumulations d’eau de la sorte pourraient être évitées.

« Ça fait longtemps que le projet est fait ici et on a plus de débit d’eau que ce qu’on avait avant. Certains ponts, dont celui de la troisième avenue, ne sont pas adaptés pour la crue des eaux. Il faudrait réadapter tout ça pour être capable de permettre l’évacuation des eaux », affirme-t-elle.

Les autorités n’ont pas informé les résidents de la durée des opérations, mais selon un communiqué de presse de la Ville de Gatineau, le parc de maisons mobiles Riviera pourrait être isolé pour une période de 24 heures.