Jessyca Champagne de l’Escouade anti-gaspillage alimentaire de l’Outaouais entourée de son équipe de bénévoles.

L'Escouade anti-gaspillage alimentaire veut prendre de l'expansion en Outaouais

L’Escouade anti-gaspillage alimentaire de la Table de concertation sur la faim et le développement social de l’Outaouais cherche à étendre ses tentacules en créant des équipes locales dans les villes et villages de l’Outaouais. Pour cela, il faut des bénévoles, implore Jessyca Champagne, chargée de projet.

Mme Champagne signale qu’il y a 29 000 personnes déclarées en Outaouais en situation d’insécurité alimentaire. Elle croit que ce nombre est plus important. 

« Il y a environ une demi-tonne par jour de gaspillage alimentaire dans une épicerie alors que dans le même quartier il y a énormément de personnes et d’enfants en vulnérabilité alimentaire. Ça ne fait pas de sens », a déploré Mme Champagne.

L’organisme travaille déjà avec des agriculteurs et des épiciers afin de récupérer les denrées périssables, comme les fruits et légumes par exemple, qui sont encore bonnes, mais invendables en raison d’une difformité ou d’une partie défraîchie, donc moins attrayantes aux yeux du consommateur.

L’Escouade a tenu samedi au parc Moussette une rencontre préglanage afin d’attirer l’attention de la population au gaspillage alimentaire et pour recruter des bénévoles qui aideront Mme Champagne et ses collaborateurs à créer et à maintenir des escouades locales dans des régions comme Maniwaki, la Vallée de la Gatineau et le Pontiac, entre autres.

« Le gaspillage alimentaire dans les champs est colossal, et on touche à peine la surface. La demande est de plus en plus grande. On ne peut pas fournir », a expliqué Mme Champagne. « Il ne faut pas que ce soit seulement moi et Yohan (employé d’été) dans les champs, mais qu’on ait des escouades à Maniwaki, à Thurso », a ajouté Mme Champagne.

Plusieurs agriculteurs participent au programme parce qu’ils aiment donner et contribuer à la sécurité alimentaire, a souligné Mme Champagne. 

Ils appellent alors l’Escouade qui, avec ses bénévoles, va chercher les produits pour les distribuer le jour même à des organismes communautaires situés le plus près possible d’où les denrées ont été glanées.

Selon la Table de concertation, 40 % des denrées alimentaires au Canada sont gaspillées, soit l’équivalent de 183 kg d’aliments par personne par année.