La transaction comprend les wagons, mais également les rails situés entre la rue Devault et Jean-Proulx, la table tournante et les poteaux de signalisation.

Les wagons du p’tit train vendus pour 1000$

La Ville de Gatineau vient de vendre les neuf wagons du P’tit train à vapeur pour 1000 $.

Le comité exécutif a autorisé, mercredi matin, la vente de gré à gré pour l’ensemble du matériel roulant, à part la locomotive, et tout ce que contiennent les wagons à un entrepreneur de Cantley, Alain Boucher. La vente comprend aussi les rails situés entre la rue Devault et Jean-Proulx, la table tournante et les poteaux de signalisation. La Ville de Gatineau avait tenté de trouver des acheteurs auprès de musées et de divers organismes, mais sans succès. 

Il n’a pas été possible de joindre M. Boucher, mais Radio-Canada rapporte que le propriétaire de la cantine Chez César, sur la montée de la Source, à Cantley, veut transformer deux wagons en restaurant casse-croûte inspiré des années 1950. En avril dernier, la Ville de Cantley s’est penchée sur un projet de « stand de cuisine de rue », proposé par M. Boucher, assujetti à un plan d’implantation architectural.

Le conseiller Cédric Tessier a affirmé que l’entrepreneur a un « projet qui semble intéressant », mais il laisse le soin à ce dernier d’en faire l’annonce. Les wagons devraient être utilisés séparément et pourraient tout autant se retrouver dans la région ou ailleurs. M. Tessier a ajouté que le déplacement des wagons a été un frein à la réutilisation des wagons pour bien des organismes approchés. « C’est très difficile à déplacer, ça amène des coûts importants, et les wagons ne sont pas dans un état exceptionnel, a ajouté le conseiller. Il y a eu beaucoup de vandalisme. »

Il s’agit d’une triste fin pour cette ancienne icône régionale qui n’avait pas roulé depuis près de huit ans malgré toutes les tentatives pour le relancer. « C’est beaucoup d’histoire ce train-là, reconnaît M. Tessier. On savait cependant qu’il ne roulerait plus. C’est la moins pire des solutions qu’on a trouvées pour lui donner une deuxième vie. »

Locomotive

L’avenir de la locomotive doit pour sa part fait l’objet d’une résolution du conseil municipal sous peu. M. Tessier a précisé que les élus ont été consultés et qu’un mandat a été donné à l’administration pour mener à terme des discussions avec différents partenaires qui permettraient de déplacer l’engin à la ferme Dalton. « Il y a une résolution qui s’en vient au conseil bientôt là-dessus », a dit le conseiller.