Le syndicat des chauffeurs et des employés d’entretien de la Société de transport de l’Outaouais (STO) se retrouve sous tutelle par sa maison mère alors que les syndiqués cherchent à s’affilier à une autre centrale.

Les syndiqués de la STO bientôt dans un nouveau syndicat

Le syndicat des chauffeurs et des employés d’entretien de la Société de transport de l’Outaouais (STO) se retrouve sous tutelle par sa maison mère alors que les syndiqués cherchent à s’affilier à une autre centrale.

« L’exécutif syndical et les membres ont manifesté clairement le désir de changer d’affiliation syndicale », a résumé Guy Gosselin, président de la section locale 591 du Syndicat uni du transport.

La centrale est basée à Washington. M. Gosselin a indiqué que cette alliance ne convenait plus aux syndiqués de la STO.

L’exécutif syndical doit se rendre vendredi au Conseil canadien des relations industrielles à Ottawa pour le dépôt de cartes pour officialiser la demande de changement d’affiliation.

M. Gosselin n’a pas voulu préciser avec quel syndicat les employés veulent s’allier tant que la rencontre au Conseil n’aura pas eu lieu, mais il a néanmoins dit qu’il s’agira d’un syndicat québécois.

La mise sous tutelle fait en sorte que les huit membres de l’exécutif sont destitués de leurs postes et qu’ils ne peuvent plus agir en tant que représentants syndicaux auprès de l’employeur.

Pour l’heure, le Syndicat uni du transport a la responsabilité de continuer à faire appliquer les règles de la convention collective.