L’immeuble situé au 115, rue Champlain appartient à l’homme d’affaires Nader Dormani.

Les résidents du quartier du Musée proposent un compromis

Conscients qu’un compromis est devenu nécessaire pour réunir une majorité d’élus derrière le projet de citation patrimoniale du quartier du Musée, les résidents du secteur ont convenu de mettre un peu d’eau dans leur vin, en proposant une modification du périmètre qui serait éventuellement protégé.

Le Droit a appris que les résidents du quartier, appuyés par le conseiller du district Hull-Wright, Cédric Tessier, présenteront, ce lundi soir, en ouverture de la séance spéciale du comité consultatif d’urbanisme (CCU) sur la citation patrimoniale, « le seul compromis faisable » à leurs yeux dans ce dossier.

La représentante des résidents du quartier, Marie-Josée Marziliano, proposera de retirer le terrain du 115, rue Champlain du périmètre de protection. Il s’agit de l’Académie Sainte-Marie et du vaste stationnement de surface situé en façade de l’immeuble qui appartient à l’homme d’affaires Nader Dormani.

« Dans le meilleur des mondes, il n’y aurait pas de compromis, mais ce terrain est situé au bout du périmètre et c’est le seul dans tout le quartier dont le plan d’urbanisme et le zonage permettent la construction d’un immeuble pouvant atteindre jusqu’à dix étages, a noté M. Tessier. De le retirer du périmètre permettra plus de souplesse pour redévelopper ce stationnement. » Le bâtiment de l’Académie Sainte-Marie serait toutefois visé par une citation patrimoniale.

Rue Laurier
Lors du débat au conseil, le 8 mai dernier, certains conseillers se sont dits ouverts à la protection du quartier du Musée dans la mesure où les terrains de la rue Laurier appartenant à Brigil puissent être retirés du périmètre de citation. Mme Marziliano et M. Tessier précisent toutefois qu’il n’y a aucune volonté de compromis de leur part pour les terrains de la rue Laurier.

« Quand Brigil a acheté ces terrains, il savait que le zonage ne permettait que trois étages, rappelle M. Tessier. Dans le cas de M. Dormani, c’est différent. Il savait qu’il mettait la main sur un terrain qui permet une construction de dix étages. Le quartier du Musée est petit. La rue Laurier est déjà au coeur de ce quartier. Le compromis que nous faisons pour le 115, rue Champlain est le seul compromis possible sans mettre à risque l’intégrité patrimoniale du quartier. »

CCU
Le compromis présenté par les résidents pourrait faire pencher la balance vers une recommandation favorable à la protection par le CCU, croit M. Tessier. « Les citoyens qui siègent au CCU ont une tête sur les épaules et ils ont une capacité d’analyse, dit-il. Je pense qu’une majorité des membres a le patrimoine à coeur et voudra protéger le quartier du Musée. »

Ce dernier rappelle que le service de l’urbanisme de la Ville de Gatineau a déjà annoncé qu’il recommandait au conseil d’adopter la citation patrimoniale du quartier du Musée. « Si le CCU donne à son tour une recommandation favorable, je crois que le conseil ira aussi de l’avant, affirme M. Tessier. Quand l’urbanisme et le CCU ont la même position, habituellement, le conseil va dans la même direction. Rien n’empêcherait des élus de proposer des amendements, mais ceux qui veulent retirer des terrains parce qu’un promoteur qui a acheté des terrains zonés à trois étages voudrait un jour déposer un projet différent devront expliquer leur position. »