Pendant une heure, vendredi, la maire de Gatineau a répondu à toutes les questions des médias et a donné un aperçu de son plan de match.

Les priorités du maire Pedneaud-Jobin

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin est de retour de vacances. Pendant une heure, vendredi, il a répondu à toutes les questions des médias et a donné un aperçu de son plan de match pour les prochains mois. La rentrée politique est maintenant officielle à Gatineau. Tous les dossiers, que ce soit le Rapibus, le centre-ville, les négociations avec les syndicats ou encore le débat sur le fonds des communautés donnent l'impression d'être urgents et prioritaires. Toutefois, le véritable défi des prochains mois pour le conseil, selon M. Pedneaud-Jobin, sera d'établir et de s'entendre sur les priorités pour les quatre prochaines années.
La Société de transport de l'Outaouais (STO) fait une mauvaise lecture de l'opinion publique et de l'environnement financier dans lequel elle évolue, estime le maire Pedneaud-Jobin.
La soirée reconnaissance des employés de la STO qui coûtera 18000$ aux contribuables gatinois, et au cours de laquelle il y aura une prestation de l'humoriste Réal Béland, ne fait pas l'affaire du maire. S'il ne cautionne pas l'événement de samedi soir, M. Pedneaud-Jobin s'est toutefois refusé à annuler l'événement.
Selon lui, l'annulation n'aurait pas envoyé le bon message et aurait pu être perçue comme une attaque envers les employés qui, prend-il le soin de souligner, travaillent très fort pour donner un service de qualité. Le maire a toutefois tenu à lancer un message très clair à la direction de la STO.
«Je ne veux pas faire de politique sur le dos des employés de la STO, a affirmé le maire. C'est une décision qui a été prise par la direction qui est dans une culture d'organisation et de façons de faire qui devront changer. Il y a des choses à resserrer. Il y a des affaires pour lesquelles on ne devrait pas payer. Il y a un problème de lecture de l'environnement financier et de l'opinion publique qui est clair à la STO. Il est trop tôt pour célébrer le Rapibus.»
Le maire Pedneaud-Jobin a aussi répondu au regroupement d'usagers qui l'accuse de ne pas respecter ses engagements électoraux en lien avec le Rapibus. Ces derniers font actuellement circuler une pétition pour, disent-ils, forcer le maire à agir plus rapidement.
«Je ne sais pas comment j'aurais pu aller plus vite, dit-il. Nous avons déjà fait des investissements de 1,4 million de dollars. Des choses sont déjà en place et d'autres mesures de correction seront mises en place le 27 janvier prochain. Nous aurons aussi 14 autobus supplémentaires, en mai, qui s'ajouteront à la flotte et qui nous permettront d'augmenter notre capacité d'agir sur le réseau.»
Beau, le Plateau ?
Le maire Pedneaud-Jobin est venu à la défense de son collègue et président du comité consultatif d'urbanisme, Richard Bégin, qui a affirmé au Droit, le 9 janvier dernier, que certains promoteurs immobiliers et urbanistes devraient le craindre. «Richard Bégin fait de la politique pour changer des choses et il y a des choses qu'il a vues qu'il ne veut plus revoir, a affirmé le maire. J'ai du respect pour ça. C'est un président du comité d'urbanisme qui a des opinions et qui les exprime.»
Tout en évitant soigneusement de se prononcer sur l'esthétisme du quartier du Plateau, M. Pedneaud-Jobin estime que ce secteur n'est pas encore au point. «Le débat n'est pas de savoir si c'est beau ou pas, mais sur quel genre de quartiers nous voulons construire à Gatineau, a-t-il précisé. Nous voulons des quartiers où les gens habitent, travaillent, consomment et se divertissent. Le Plateau ce n'est pas encore assez ça actuellement. Avec le projet du coeur du Plateau nous allons nous rapprocher de ça.»
Le nouveau schéma d'aménagement est un outil, explique le maire, pour atteindre l'objectif fixé. «Nous souhaitons mettre en place un comité de suivi du schéma, un endroit où tous les acteurs concernés auront voix au chapitre, dit-il. Il devrait y avoir des gens d'affaires, des promoteurs immobiliers, des comités de citoyens et l'Association provinciale des constructeurs d'habitation du Québec (APCHQ).»
Le maire Maxime Pedneaud-Jobin sur...
- la Charte des valeurs
«Il faut avoir une discussion au conseil à ce sujet, c'est un enjeu incontournable, surtout que nous sommes un pôle important d'immigration au Québec. Nous ne pourrons pas éviter ce débat. Il est compliqué, mais nous devons avoir une discussion sur le fond des choses et donner notre position.»
- la faculté satellite de médecine
«Je suis un outil pour les réseaux de la santé et de l'éducation. Je veux être une voix pour la région et pour Gatineau. S'il faut que je saute dans mon auto pour aller à Québec pour parler de cette faculté de médecine, je suis prêt à le faire. Le déséquilibre entre les deux rives est important et doit être corrigé. La santé est aussi une question de développement économique.»
- les liens avec les gens d'affaires
«Le discours a déjà commencé à changer. Nous avons commencé à améliorer nos façons de faire dans l'émission des permis d'affaires et nous voulons terminer ce travail rapidement en début d'année.»