La production d’oeufs et de miel devra être destinée à une consommation personnelle.

Les poules et les abeilles obtiennent leur permanence à Gatineau

L’élevage de poules pondeuses et d’abeilles passera du statut de projet pilote à celui d’activité officiellement permise sur le territoire de Gatineau.

Les élus gatinois ont pris connaissance, mardi, du bilan de la deuxième phase du projet pilote d’agriculture urbaine, mis en place il y a deux ans.

Outre le signalement de quelques « poules en liberté » et le transport de trois « poules errantes », le bilan s’avère positif aux yeux de l’administration municipale, de sorte qu’il est recommandé que l’aviculture et l’apiculture soient autorisées sur une base permanente. Le tout doit faire l’objet d’un vote par le conseil municipal la semaine prochaine.

Les changements proposés prévoient qu’il n’y aura plus de nombre maximal de licences, tant pour les poules que pour les abeilles. 

Cela signifie que « tous les citoyens remplissant les conditions d’obtention » pourront en obtenir une à n’importe quel moment de l’année. 

Les demandes pourront être faites en ligne dès le 20 mars.

Il a aussi été recommandé que le nombre maximal de poules par terrain passe de trois à cinq. La superficie minimale des terrains pouvant accueillir des poules passera de 450 à 350 mètres carrés. 

Environ 54 000 des 72 000 propriétés familiales de Gatineau seront ainsi admissibles, ce qui représente une hausse de 14 % grâce à la réduction de la superficie minimale.

La présidente de la commission Gatineau ville en santé, Renée Amyot, estime qu’il y aura « plus d’avantages que d’inconvénients en augmentant le nombre de licences ».

Des poulaillers pourront aussi être installés sur les terrains de jardins communautaires. Comme c’était le cas dans le cadre du projet pilote, la production d’œufs et de miel devra être destinée à une consommation personnelle.

En 2018, 156 demandes de licence pour avoir des poules urbaines ont été soumises à la Ville. De ce nombre, 136 ont mené à un élevage.

En ce qui concerne les abeilles, 62 demandes de licence ont été reçues en 2018, ce qui a mené à 46 élevages. « La cohésion sociale et le dynamisme que ça crée dans les communautés immédiates, c’est extraordinaire », a fait valoir Mme Amyot.

Ces élevages ont généré 17 plaintes l’an dernier, soit 15 pour les poules et deux pour les abeilles. « On ne prévoit pas que [l’accès élargi] va augmenter le nombre de plaintes de façon importante, a indiqué Mme Amyot. Il y a eu un nombre de licences accru entre 2017 et 2018 et il n’y a pas eu d’augmentation de plaintes. »

La Ville a dû débourser 11 580 $ au cours de la dernière année pour assurer la gestion du projet pilote, entre autres pour les services d’un spécialiste avicole. 

La vente de licences — à 30 $ chacune — a pour sa part permis d’amasser 4230 $.

« L’objectif n’était pas d’atteindre un autofinancement dans un projet comme celui-là, a souligné la présidente de la commission Gatineau ville en santé. La Ville, dans certaines circonstances — et ça c’est un bon exemple, je pense, le projet de petits élevages — accepte d’avoir certains déboursés pour que des projets puissent vivre sur son territoire. Alors si on choisissait d’aller vers un autofinancement, il faudrait augmenter de façon considérable le prix des licences, et ce n’est vraiment pas l’objectif. »

Mme Amyot ne ferme par ailleurs pas la porte à ce que de nouvelles espèces fassent un jour partie du programme d’agriculture urbaine à Gatineau, mais précise « qu’il faut réfléchir à la deuxième étape du programme » avant d’en élargir la portée.