Les nids-de-poule de plus en plus rares dans le secteur Gatineau

Les nids-de-poule sont en voie de disparition dans le secteur Gatineau. Les requêtes pour ce secteur sont passées de 1161 à 412 entre le 4 et le 23 juillet.
À la suite du front commun lancé par les conseillers du secteur, le Service des travaux publics a accéléré la cadence en déplaçant temporairement une équipe du secteur Hull pour prêter main-forte dans les quartiers problématiques.
«On a fait du bon rattrapage. En très peu de temps, on a fait un travail considérable. C'est maintenant une question de temps avant que tout soit réparé», soutient Denis Tassé, conseiller du district de Touraine. Ce dernier croit que les trous seront tous bouchés d'ici un mois grâce aux mesures mises en place.
Gatineau a pris des mesures pour tenter de colmater les brèches. Un processus a été mis en branle pour la location de deux réchauds d'asphalte afin de remplacer des unités en mauvaise condition. Le premier réchaud est en service depuis le 21 juillet. Le second sera disponible à compter du début août. De plus, deux réchauds désuets seront remplacés au cours de la prochaine année et deux autres s'ajouteront à la flotte.
Au début de mois de juillet, la Ville accusait aussi un retard dans l'opération de balayage de rues du printemps. L'ensemble des rues de Gatineau sont maintenant débarrassées du gravier entassé sur le bas-côté.
La Ville procède présentement à l'analyse des parcours dans le but d'optimiser le service rendu aux citoyens. Elle pourrait gérer les parcours en fonction des priorités d'utilisation comme c'est le cas lors des opérations de déneigement.
Au début du mois, le temps de traitement moyen était d'une quarantaine de jours alors que la norme de services est de 15 jours suivant une requête. La Ville travaille pour atteindre cette cible. Elle assure que la priorité sera donnée aux opérations d'asphaltage et de nids-de-poule dans le secteur Gatineau pendant la période estivale.
Selon les périodes de l'année, la Ville déploie jusqu'à sept équipes pour combler les cavités dans la chaussée sur l'ensemble du territoire. Ces équipes de deux réparent en moyenne 150 crevasses quotidiennement, soit plus de 1000 nids-de-poule par jour.
Problèmes d'entretien
Malgré les avancées au niveau du colmatage des nids-de-poule, le conseiller du district du Carrefour-de-l'Hôpital, Gilles Carpentier, rappelle que le problème est beaucoup plus large étant donné les infrastructures vieillissantes sur le territoire de la ville.
«On va avoir de plus en plus de travaux. Le tiers des routes sont en bas du seuil d'acceptabilité. Les problèmes s'en viennent et si on ne veut pas faire du patchage, on va devoir planifier», signale quant à lui M. Tassé, ajoutant que la Ville doit être proactive.
Rappelons que le déficit d'entretien dans les infrastructures est évalué à 1,4 milliard de dollars.
À plus long terme, la Ville prévoit des discussions dans le cadre du Programme triennal d'immobilisation afin de trouver des solutions pour financer le rattrapage de la flotte au Service des travaux publics. Un financement annuel sera requis pour maintenir les équipements de façon optimale.