Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Les Gatinois veulent garder leurs fonctionnaires

En s’annonçant comme la candidate du dégraissage de la fonction publique gatinoise, Sylvie Goneau s’est attaquée à une bien mauvaise cible et « probablement de la façon la plus maladroite », soutient le sondeur Raynald Harvey.

Moins du quart des répondants au sondage Segma Recherche souhaite que le prochain conseil municipal effectue des coupes importantes dans la fonction publique afin de dégager des économies. La grande majorité des répondants sont plutôt en faveur du statu quo ou même d’augmenter le nombre d’employés municipaux. 

« Pour Mme Goneau, un fonctionnaire c’est une dépense, affirme M. Harvey. C’est probablement la façon la plus maladroite d’aborder ce dossier. Une fonction publique, c’est d’abord des humains et vouloir couper dans ce type d’emplois dans une région comme la vôtre où la sensibilité à l’égard des fonctionnaires est probablement plus importante que partout ailleurs au Québec est une mauvaise approche. » Que Mme Goneau propose de couper des postes en se servant de l’attrition ne fait aucune différence dans l’esprit des gens, selon le sondeur. « C’est une subtilité, dit-il. Couper dans la fonction publique, peu importe comment, c’est couper dans les services. C’est un engagement qui peut rapidement se retourner contre celui qui le propose. »

D’après le sondage, 63 % des partisans du maire sortant Maxime Pedneaud-Jobin souhaitent le maintien du nombre de fonctionnaires, alors que 37 % des partisans de Denis Tassé espèrent une réduction de la fonction publique municipale au cours du prochain mandat.