La mouture 2.0 du projet Place des peuples

Les Gatinois sont en «grande majorité» favorables, croit Brigil

Le promoteur immobilier Brigil considère que son projet Place des peuples reçoit un appui favorable d'une «grande majorité» de Gatinois et qu'il ne faudrait pas, selon son porte-parole Yves Ducharme, que l'opposition de quelques milliers de personnes «pénalise les 260 000 autres citoyens de Gatineau qui eux vont bénéficier de l'investissement proposé».
M. Ducharme dit respecter l'opinion émise, mardi, par les associations de résidents et de défense du patrimoine qui ont uni leur voix pour s'opposer au projet de tours dans le centre-ville et pour demander au conseil municipal de respecter son Plan particulier d'urbanisme (PPU) adopté en 2009.
«Je considère par contre qu'un PPU c'est vivant, dit-il. Ça ne peut pas prévoir les projets qui sont à l'extérieur du cadre usuel. Quand le Musée canadien des civilisations est arrivé, il a fallu faire des ajustements. C'était la même chose pour le Casino. Nous prétendons que les bénéfices pour la communauté surpassent de loin les inconvénients pour certaines personnes. C'est un projet qui s'adresse à l'ensemble de la communauté gatinoise. C'est le plus important investissement privé dans l'histoire de Gatineau, la création de 1000 emplois.»
M. Ducharme estime que le projet présenté par le grand patron de Brigil respecte les grandes lignes du PPU, notamment au chapitre de la densification, de l'environnement, de l'animation et du transport.
Tessier n'est pas d'accord
Le conseiller Cédric Tessier, présent lors de la déclaration commune des associations de résidents, n'est pas d'accord avec cette affirmation du porte-parole de Brigil, même s'il affirme avoir un préjugé favorable pour des tours dans le centre-ville. M. Tessier convient que l'endroit choisi pour le projet Place des peuples est stratégique et qu'il est idéal pour accueillir un projet d'envergure, mais pas celui proposé par l'entrepreneur Gilles Desjardins.
«Il faut amener du monde au centre-ville, c'est la priorité du PPU, rappelle M. Tessier. Je ne suis pas certain que ce projet, à cet endroit, accomplit la mission du PPU. Je ne suis pas certain qu'il y aura beaucoup de citoyens de Gatineau ou d'Ottawa qui auront les moyens de se payer un condo dans ces tours. Ça risque beaucoup d'être des investisseurs qui vont acheter ces condos qui pourraient finalement être inoccupés la plupart du temps.»