La conseillère gatinoise Myriam Nadeau

Les femmes en politique: Deux conseillères, deux discours

Les plus « grands partenaires » des femmes en politique, selon la conseillère municipale gatinoise, Myriam Nadeau, ce sont les hommes.
« Les femmes en politique ont besoin des hommes, a-t-elle lancé en ce début de Journée internationale des femmes. Dans tous les champs de notre vie, pour être capable de faire avancer les droits de la femme, il faut des hommes qui embarquent aussi dans cette bataille-là. »
La jeune femme a d'ailleurs rappelé que « c'est un homme, le maire », qui a décidé qu'elle avait sa place au comité exécutif de la Ville de Gatineau. « J'ai aussi ma place à la Société de transport de l'Outaouais (STO) et à la commission de l'habitation, a-t-elle ajouté. On a besoin que les hommes reconnaissent notre leadership. »
Plusieurs doutes peuvent habiter les femmes qui songent à faire le saut en politique, reconnaît Mme Nadeau, mais elle assure que les femmes ont tout ce qu'il faut pour sauter dans l'arène. « Les mères de familles qui sont aux prises dans leur quotidien à gérer mille et une choses sont celles qui démontrent le plus de rigueur au travail et d'organisation et ça, ce sont des choses dont on a besoin en politique, souligne la conseillère. Ces valeurs-là sont toutes aussi bonnes dans l'arène politique qu'à la maison. Ces choses-là de notre quotidien sont des forces en politique, ce sont des façons de faire dont on a besoin pour faire le travail en politique. »
Encore un « boys club »
La conseillère et candidate à la mairie de Gatineau, Sylvie Goneau
Sa collègue au conseil municipal, Sylvie Goneau, tient pour sa part un tout autre discours. La candidate à la mairie est d'avis que l'arène politique est toujours un « boys club », une situation qu'elle observe autant à Gatineau que dans des organisations comme la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et l'Union des municipalités du Québec (UMQ). 
« Même ici à Gatineau, on le voit, les noyaux d'élus qui se forment, ce sont des élus masculins qui se rassemblent, c'est une façon naturelle pour eux de faire les choses, explique Mme Goneau. Ce n'est pas une volonté de leur part d'exclure les femmes, ce n'est pas intentionnel, mais instinctivement, les genres se regroupent entre eux. Si en plus, comme femme, tu te retrouves en minorité, c'est plus difficile. »
Mme Goneau est convaincue que la Ville de Gatineau, comme institution, a un rôle à jouer pour attirer des femmes dans la sphère publique. En ce sens, la candidate à la mairie propose que la Ville se dote d'une « politique d'égalité entre hommes et femmes ». Mme Goneau invite d'ailleurs la population à se joindre à elle, le 28 mars prochain, pour l'aider à jeter les bases de cette politique.
« Je vais repartir avec toutes les idées et je veux déposer quelque chose au conseil municipal en avril, dit-elle. L'objectif est de mandater les services de travailler sur cette base en prévision d'un vote officiel avant les élections 
de novembre. »