L'Office d'habitation de l'Outaouais a accepté de transformer ses montants forfaitaires en augmentation de salaire, ce qui a permis de dénouer l’impasse.

Les employés de l’Office d’habitation de l’Outaouais obtiennent des augmentations de salaire

La cinquantaine d’employés de l’Office d’habitation de l’Outaouais (OHO) ont accepté les termes d’une nouvelle convention collective d’une durée de cinq ans. Le Droit a appris que les syndiqués ont approuvé, à 78 %, les offres de l’employeur, mardi, en assemblée générale.

Le syndicat avait fait planer la menace d’une grève, le 18 décembre dernier. Sans contrat de travail depuis un an, les discussions achoppaient sur la question salariale. Les 14 rondes de négociations n’avaient pas permis aux deux partis de s’entendre sur la hausse salariale. L’employeur privilégiait l’offre de montants forfaitaires, alors que le syndicat voyait cette mesure comme une manière d’empêcher les travailleurs de bénéficier de meilleures conditions salariales à long terme.

La porte-parole de l’OHO, Karina Osiecka, précise qu’une entente de principe est survenue le 20 décembre dernier, deux jours après la sortie du syndicat. L’employeur a accepté de transformer ses montants forfaitaires en augmentation de salaire, ce qui a permis de dénouer l’impasse. «Pour l’OHO, cela représente la même dépense», dit-elle. Le contrat de travail sera valide jusqu’en décembre 2022. Les détails de l’entente seront connus lors de la signature officielle de la convention collective, ce qui doit avoir lieu au cours des prochains jours.