Le maire gatinois Maxime Pedneaud-Jobin et les députés fédéraux William Amos et Greg Fergus lors du 5 à 7 des élus de l’Outaouais.

Les élus de l’Outaouais se rencontrent

Des élus des trois paliers de gouvernement en Outaouais se sont réunis lundi lors d’un 5 à 7 à Gatineau, question de rencontrer les nouveaux députés provinciaux de la région et d’échanger sur les enjeux régionaux.

Le rassemblement était une initiative du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. Un premier 5 à 7 semblable avait eu lieu à la suite des élections fédérales de 2015.

Les trois nouveaux élus de la Coalition avenir Québec (CAQ), soit le ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Outaouais, Mathieu Lacombe (Papineau), et les députés Mathieu Lévesque (Chapleau) et Robert Bussière (Gatineau), étaient présents, de même que la députée libérale de Hull, Maryse Gaudreault. Les députés libéraux fédéraux Greg Fergus (Hull-Aylmer), Steven MacKinnon (Gatineau) et William Amos (Pontiac) étaient aussi sur place.

Selon le maire Pedneaud-Jobin, bien qu’il y ait des lignes partisanes différentes au sein des élus de la région, tous font partie de « l’Équipe Outaouais ».

Plusieurs enjeux sont sur la liste des élus, dont la construction d’un nouvel hôpital, l’élargissement de l’autoroute 50, la bonification de l’offre des programmes d’enseignement à l’Université du Québec en Outaouais et les infrastructures de transport en commun dans les secteurs est et ouest de Gatineau.

« On veut se rencontrer, on veut se parler, on veut échanger. Si je me fie à ce qui s’est passé la dernière fois, ça va se transformer en suivis de travail », a expliqué le maire de Gatineau avant le début du rendez-vous social.

Le ministre Lacombe a précisé que la santé, l’éducation et le développement économique sont les priorités du gouvernement caquiste, tout comme elles sont celles des autres élus de la région.

« Nous sommes dans une situation où les astres s’alignent pour que ça fonctionne. Se doter de priorités communes et de se donner un échéancier, ça me séduit pas mal. On est déjà en train d’avoir des discussions pour voir ce qu’on peut mettre de l’avant, ce qu’on veut comme région, ce qui est possible et réalisable, et pour qu’on ait des objectifs bien précis. Je veux vous rassurer, on collabore bien », a partagé le député/ministre de Papineau devant les élus présents.

Le député MacKinnon continue de miser sur l’importance des partenariats avec les autres paliers de gouvernement et les sociétés parapubliques.

« Nous avons investi beaucoup et nous continuons d’investir. Évidemment, le gouvernement du Canada est une grosse barque à tourner et ça tourne parfois trop lentement à notre goût, mais nous commençons à voir des résultats », a indiqué le député fédéral de Gatineau, énumérant notamment comme projets le développement d’internet haute vitesse dans les régions rurales, des investissements dans les autobus et les infrastructures de la Société de transport de l’Outaouais ainsi que la réfection prévue des Terrasses de la Chaudière et de Place du Portage au centre-ville de Gatineau.

Devant ses invités, le maire Pedneaud-Jobin a précisé que la Conférence des préfets de l’Outaouais, qui remplace la Table des préfets et qui prendra son envol l’année prochaine, constituera une organisation solide de concertation régionale.

« Ça va donner un outil important pour qu’on s’assoie ensemble de façon plus formelle, de façon plus fréquente, en fonction des enjeux qui nous concernent tous. Nous avons déjà une longue liste de partenaires qui veulent rencontrer l’ensemble des préfets. On ne manquera donc pas d’ouvrage à cette instance », a-t-il expliqué.

« Nos besoins ne sont pas toujours les mêmes, mais nous sommes interdépendants. Quand quelque chose se passe en milieu urbain, il y a des répercussions sur le milieu rural, et vice-versa », a notamment mentionné la présidente de la Conférence, Chantal Lamarche.