Depuis que le conseil municipal a rejeté le projet de tours de Gilles Desjardins, le Quartier-du-Musée a disparu de l’actualité. Les élus continuent cependant de travailler sur la mise en valeur du quartier.

Les disparus du discours politique

Le Quartier-du-Musée a été au centre de l’actualité à la fin du premier mandat et au début du deuxième du maire Maxime Pedneaud-Jobin. Le sujet a cependant complètement disparu du radar une fois la sauvegarde du quartier assurée et la construction des tours de l’homme d’affaires Gilles Desjardins rejetée. Pourtant, le maire avait promis un plan de mise en valeur du secteur à temps pour la période estivale.

« Oui, on devait présenter quelque chose au printemps, admet le maire en rencontre éditoriale avec Le Droit. On va finalement l’annoncer avant Noël. On a un plan d’action qui a été fait en collaboration avec les gens du milieu, les résidents du quartier et le service des arts. »

Le maire n’a pas voulu donner un avant-goût de ce qui attend le Quartier-du-Musée, laissant ainsi le soin à la présidente de la commission des arts, Isabelle N. Miron, de le faire elle-même dans quelques semaines. « Ce sera la mise en valeur de l’histoire du quartier pour les touristes et les citoyens, a-t-il résumé. On veut que les gens reconnaissent toute son importance. Les gens du quartier sont impliqués. »

Bibliothèques

C’est aussi vrai pour les bibliothèques. Elles occupaient une place importante dans le discours politique de M. Pedneaud-Jobin lors de son arrivée à la mairie, en 2013. Le réinvestissement dans le réseau de bibliothèque est cependant loin d’être demeuré à l’avant-scène depuis la réélection du maire il y a deux ans. Il s’agit d’un signe que les choses avancent, note-t-il. M. Pedneaud-Jobin rappelle que la phase I du plan est bien entamée. La bibliothèque du Plateau doit ouvrir l’an prochain, Lucy-Faris sera reconstruite, l’argent est réservé, et le plan pour Guy-Sanche sera coulé dans le béton et financé d’ici la fin du mandat.

Le travail est toutefois loin d’être terminé. « C’est l’ensemble des bibliothèques qui doit être revu, continue-t-il d’insister. Quand cette phase sera terminée, il restera deux principaux chantiers, celui de la bibliothèque centrale et le chantier des petites bibliothèques de proximité. »

M. Pedneaud-Jobin cite ce que la Ville de Québec a fait avec ses bibliothèques de proximité comme exemple de ce qui pourrait bien être la suite des choses à Gatineau. « Avec des montants relativement peu importants, ils ont réussi à faire des choses très intéressantes, dit-il. Ils ont agrandi de l’intérieur, rendu ça beau, juste en travaillant avec les coquilles actuelles. »

Quant à la bibliothèque centrale, elle fait toujours partie des plans du maire, mais ce dernier admet l’avoir en quelque sorte mise de côté en raison de la charge de travail découlant des inondations. « C’est toujours dans le programme, mais il faut encore définir le concept, trouver les partenaires […], on pourrait s’accrocher au futur musée régional, mais moi je veux surtout m’accrocher au gouvernement du Québec, affirme le maire. Ce genre d’institution, ça prend des subventions. Les Gatinois ne vont pas payer ça tout seuls. »