Les chiens bienvenus dans les parcs

La Ville de Gatineau se prépare à effectuer un virage à 180˚ dans sa réglementation concernant la présence des chiens dans ses parcs.

Promener son chien est actuellement interdit dans 93 % des 353 parcs municipaux, mais plus pour longtemps. À compter du 1er juin, les chiens, en laisse, seront autorisés dans 250 parcs sur tout le territoire de la Ville, en plus des deux aires d’exercice canin déjà existantes. Une présentation sur la révision de la réglementation a été faite aux élus, mardi matin, en comité plénier. 

Les changements proposés par l’administration n’ont rencontré aucune résistance de la part du conseil. Les modifications réglementaires doivent être adoptées lors du conseil municipal du 17 avril prochain. La révision de la réglementation a été amorcée par le service des loisirs il y a un an, à la suite d’une demande de la conseillère Louise Boudrias. 

S’ils viennent de gagner un « privilège », les propriétaires de chiens devront cependant se plier à plusieurs obligations pour continuer à assurer le « droit » des autres citoyens à se sentir en sécurité dans les parcs de la Ville de Gatineau, a fait remarquer la conseillère Renée Amyot. 

Les maîtres devront garder leur chien en laisse en tout temps, et la laisse ne devra pas dépasser deux mètres. Un propriétaire ne pourra pas avoir plus de deux chiens en laisse en même temps. Les chiens catégorisés comme potentiellement dangereux n’auront cependant pas plus le droit d’aller renifler dans les parcs que maintenant. « Il faut absolument mettre en place une façon d’appliquer la réglementation et que cette surveillance-là soit adéquate pour éviter des accidents, des morsures, a affirmé Mme Amyot. Je vois des chiens circulant sans laisse tous les jours. Des chiens dangereux aussi j’en vois. Je ne crois pas que les gens savent que les chiens potentiellement dangereux ne peuvent pas circuler sur les lieux publics. Ils ne sont littéralement pas au courant. Notre campagne de communication va tenir compte de cet aspect-là. » 

La Ville s’attend évidemment à une augmentation des plaintes liées aux chiens, tant pour la présence d’excréments que pour le non-respect de la réglementation par certains propriétaires contrevenants. 

« On est rendu là, a indiqué le maire Maxime Pedneaud-Jobin. À Hull, par exemple, c’est 40 % des gens qui vivent seuls. Les animaux domestiques prennent une place de plus en plus forte. On ne reculera pas, mais on va s’adapter face aux gens qui ne prendront pas leurs responsabilités. Tout dépend du civisme des propriétaires de chien. Nous avons un plan et nous pouvons réajuster notre capacité d’action en fonction de ce qu’on va vivre sur le terrain. »

Il en coûtera 100 000 $ aux contribuables, en 2018, pour mettre en place cette réglementation. La plus grande partie du budget ira à la réalisation d’un plan de communication et à la mise en place d’une nouvelle signalisation à l’entrée des parcs. Une somme de 25 000 $ a aussi été réservée pour tenter de faire respecter les règles. C’est la section du contrôle animalier qui sera responsable des opérations de surveillance et de la répression. Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) pourra aussi être appelé à intervenir. Le chef, Mario Harel, a cependant précisé que les gens ne doivent pas s’attendre à voir débarquer la police dans un parc pour punir un propriétaire qui ne traîne pas avec lui un sac de plastique pour ramasser les excréments de son chien. Seuls les cas de chien potentiellement dangereux seront traités en priorité, a-t-il ajouté. 

Une fois les modifications faites, l’application de la nouvelle réglementation coûtera annuellement 29 000 $ aux Gatinois.