La décision prise par le conseil d'adopter la dérogation mineure pour le 79, chemin Fraser était la moins pire des solutions, a répété le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

Les cartes sont sur la table, selon Pedneaud-Jobin

Malgré un jour 1 des Assises annuelles de l'UMQ fort chargé - lors duquel le premier ministre Couillard n'a pas tardé à fermer la porte à une hausse du financement des villes - le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin demeure confiant que l'issue des discussions permettra aux municipalités de sortir du « vieux carcan » dans lesquels elles se trouvent.
En entrevue avec LeDroit, il n'a pas jeté la pierre au gouvernement, préférant plutôt saluer la volonté des libéraux de signer un pacte fiscal et de déposer d'ici l'automne 2016 un projet de loi redéfinissant les relations entre Québec et les villes.
« Ce que je retiens, c'est que le gouvernement garde le cap, c'est la bonne nouvelle. Pour la diversification des revenus, certains dossiers ont été soulevés, par exemple des redevances sur les ressources naturelles, une chose intéressante pour bien des villes mais pas tellement pour Gatineau. L'allégement de la bureaucratie a aussi été abordé. [...] On aimerait que ça aille plus loin, mais on va laisser place à la négociation avant de se réjouir ou de s'attrister », a lancé le maire.
Alors que les villes et le gouvernement provincial amorcent leurs négociations pour créer un nouveau pacte fiscal, le discours inaugural de la présidente de l'UMQ, Suzanne Roy, a semblé lancer un message on ne peut plus clair à Québec, étant davantage politisé qu'à l'habitude.
Une chose qu'a appréciée M. Pedneaud-Jobin.
« Son discours était excellent, il met clairement la table au sujet de la situation à laquelle sont confrontées les villes et les choix à faire. Elle a mis les enjeux sur la table, ça a le mérite d'être franc », dit-il.
En fin de journée, le maire a pris part à un atelier d'échanges sur les relations internationales. Il en a profité pour citer l'exemple de l'Université nationale autonome du Mexique, installée en sol gatinois à la suite d'un forum économique auquel a participé l'ex-maire Yves Ducharme à l'époque. L'institution génère depuis des retombées concrètes dans la région et a même des visées d'expansion, indique-t-il.
Au menu du jour 2 des assises annuelles de l'UMQ pour Maxime Pedneaud-Jobin figurent entre autres, vendredi, un atelier sur les frais de croissance imposés aux entrepreneurs à Gatineau, ainsi qu'une rencontre avec le ministre Pierre Moreau et les autres maires membres du conseil d'administration de l'UMQ.