Dans la nuit de jeudi à vendredi, les bars du Vieux-Hull fermeront à 3h.

Les bars ouvriront jusqu’à 3h dans le centre-ville de Gatineau

Les clients des bars du centre-ville de Gatineau pourront étirer leur soirée jusqu’à 3 h du matin pour une première fois en deux décennies dans la nuit de jeudi à vendredi. Le conseil municipal a adopté à la majorité le projet pilote sur le prolongement des heures d’ouverture des bars qui doit être en vigueur pour les neuf prochains mois.

L’annonce de ce vote important a attiré de nombreux citoyens du centre-ville, mardi soir, à la séance du conseil municipal qui se tenait dans le secteur Aylmer. Plusieurs ont affirmé craindre le retour des sombres années 1980 et 1990, alors que la violence et le grabuge faisaient partie du quotidien sur la promenade du Portage. L’ancien conseiller hullois, Claude Bonhomme, était évidemment du nombre afin de tenter de protéger le pouvoir « sacré » obtenu de « hautes luttes » par l’ancienne Ville de Hull en 1997 qui permet à la Ville de légiférer elle-même les heures d’ouverture de ses bars.

Les résidents ont notamment accusé la Ville d’avoir mené une consultation publique bidon et reproché au conseiller du quartier, Cédric Tessier, de faire abstraction de la volonté de ceux qui devront subir le tapage nocturne et tous les autres désagréments liés à l’ouverture des bars pendant une heure de plus.

Le représentant des tenanciers, Éric Gaudreault, a pour sa part rappelé aux élus que « les temps ont changés » et que selon lui, ce projet pilote allait donner un nouvel état de la situation réelle sur le terrain.

Cédric Tessier a affirmé ne pas vouloir présumer que le projet pilote allait bien ou mal se passer. Il s’est engagé à cesser rapidement l’expérience si « le chaos annoncé par certains » devait survenir. Il a rappelé que des sommes sont réservées afin d’augmenter les effectifs policiers dans le centre-ville si le besoin devant s’en faire sentir. « Les deux mots-clés dans ce projet pilote sont vigilance et prudence », a ajouté la conseillère Maude Marquis-Bissonnette.

Trois élus s’opposent

Trois élus se sont prononcés contre le projet pilote, à savoir Jocelyn Blondin, Nathalie Lemieux et Marc Carrière. Ce dernier a affirmé avoir été particulièrement interpellé par les propos et les craintes des résidents du centre-ville. « Vous n’avez pas à supporter ça et les citoyens ne devraient pas servir d’outil à la prise de décision », a-t-il lancé aux opposants dans la salle.

La conseillère Nathalie Lemieux a pris la parole publiquement pour une rare fois depuis sa sortie controversée sur l’islamophobie en début d’année afin de s’opposer au projet pilote. « Le rôle d’un élu est de prendre le temps de se poser des questions avant de prendre une décision, a-t-elle affirmé. J’ai gardé l’esprit ouvert pour vous écouter. J’étais ici il y a 20 ans et je me souviens des choses qui se sont passées […]. Revitaliser le centre-ville ne se fera pas entre 2 h et 3 h du matin. Il faut protéger notre centre-ville. »

Le projet pilote sera en vigueur pour les neuf prochains mois, à la suite de quoi l’heure de fermeture des bars reviendra à 2 h, afin de permettre aux élus d’analyser les commentaires des résidents, des tenanciers et des services policiers. C’est à la suite de cette analyse que le conseil déterminera si l’ouverture des bars sera fixée de manière permanente à 3 h.