La plate-bande aménagée par la famille Bureau a été vandalisée.

L'emprise fleurie vandalisée

L'emprise fleurie à l'angle des rues Labelle et Dumas, dans le secteur Hull, a été saccagée dans la nuit de vendredi à samedi par des inconnus.
La famille de l'ancien maire de Gatineau, Marc Bureau, avait aménagé cet espace vert gazonné en aire fleurie, sans le consentement de la municipalité qui avait d'abord sévi et réclamé que l'on arrache la cinquantaine d'espèces de vivaces plantées pour y remettre le gazon originel. Avec l'intervention du maire Maxime Pedneaud-Jobin et de la conseillère Louise Boudrias, entre autres, la Ville avait reculé et toléré le petit jardin non réglementaire.
Les trois filles de M.Bureau, dont Chloé et Audrey, avaient même organisé une seconde plantation pour ce lundi dans la même zone, pour fleurir un autre espace, mais l'intervention de cette semaine servira plutôt à reverdir le premier jardin dévasté à 90 %.
Chloé et sa famille ont-ils l'intention de reculer devant cet acte de vandalisme ? 
« Plus que jamais, on a besoin de la solidarité des citoyens du quartier, dit-elle. (...) On est un peu découragé de la société dans laquelle on vit. Des fleurs ! Franchement... On fait pas de mal à personne. »
Les Bureau n'ont aucune idée si le geste est politique et vise l'ancien maire personnellement ou s'il s'agit d'un acte de vandalisme aveugle et gratuit. 
« Si c'est un geste politique, ça fait quand même quatre ans que mon père ne s'occupe plus des dossiers de la Ville. Ça prendrait quelqu'un qui a vraiment beaucoup de rancoeur », raconte Chloé, 28 ans, qui est éco-conseillère auprès des écoles pour un organisme sans but lucratif, Enviro Éduc-Action, sur la promenade du Portage. 
Elle invite même les gens ou la personne derrière cet acte à les rencontrer pour expliquer et justifier un tel geste.
Les Bureau invitent les citoyens à se rendre à cette intersection, ce lundi, à 16 h 30, pour les aider à reverdir ce petit coin de rue dévasté. Ils encouragent les résidants à apporter leurs plantes, puisqu'ils n'ont pas l'intention de réinvestir un autre 500$ pour fleurir cet espace, comme l'an dernier.