Une touriste de Victoria en Colombie-Britannique, qui franchissait le seuil de l'exposition florale MosaïCanada150, samedi après-midi, s'est tout à coup retrouvée mitraillée par les appareils photos et caméras, telle une star d'Hollywood.

Le seuil psychologique du million est franchi

Une touriste de Victoria en Colombie-Britannique, qui franchissait le seuil de l'exposition florale MosaïCanada150, samedi après-midi, s'est tout à coup retrouvée mitraillée par les appareils photos et caméras, telle une star d'Hollywood.
C'est que, sans le savoir, elle est devenue, peu après 13h30, le millionième visiteur à franchir l'entrée de l'exposition d'art horticole de Gatineau, MosaïCanada150.
Alors qu'en début de saison, les pronostics les plus optimistes laissaient entrevoir la possibilité que 800 000 personnes puissent visiter l'expo florale, dans les faits, en à peine 70 jours, on aura atteint le million.
La Britanno-Colombienne Leanne Brophy et son mari Greg, accompagnés d'amis de Terre-Neuve, sont donc devenus les coqueluches de la journée, étonnés eux-mêmes de tout ce cérémonial. 
- «Nous sommes venus visiter nos amis dans la région de la Capitale nationale. Lors de notre voyage, une dame sur le vol m'a dit que si nous avions à choisir qu'une seule activité pendant notre séjour, il faudrait absolument que ce soit MosaïCanada», a déclaré Mme Brophy durant la courte conférence de presse qui a suivi son arrivée.
Bon premier
On observe un taux de touristes et d'excursionnistes provenant de l'extérieur de la région nettement plus élevé à MosaïCanada que dans les autres grands événements emblématiques d'Ottawa-Gatineau. Des données compilées par le Comité du 150e Gatineau 2017 auprès de 1500 visiteurs de l'expo gatinoise révèlent que 28 % d'entre eux résident dans d'autres villes du Québec, 17 % viennent d'autres provinces canadiennes et 8 % sont issus de pays étrangers, dont le tiers des États-Unis.
Lorsque la météo est clémente, comme samedi, c'est ni plus ni moins 10 000 personnes qui franchissent l'entrée du parc floral, en un seul jour.
Visiblement ravie, la créatrice de l'exposition, Lise Cormier, a laissé entendre au journal Le Droit qu'une nouvelle édition des «mosaïcultures» de Gatineau était une possibilité pour l'an prochain, mais rien n'est encore confirmé.