Le député de Papineau, Alexandre Iracà, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, la présidente de la STO, Myriam Nadeau, le député de Chapleau, Marc Carrière et le ministre des Transports et député de Pontiac, André Fortin étaient présents pour annoncer le prolongement du Rapibus.

Le Rapibus prolongé jusqu’à Lorrain

Le gouvernement du Québec poursuit ses annonces de projets majeurs en transport en commun à quelques mois des élections provinciales. Le ministre André Fortin a annoncé, lundi, un investissement de 26,5 millions $ pour parachever le Rapibus jusqu’au boulevard Lorrain.

Cette annonce survient sept ans après l’amputation de ce même tronçon en raison de la perte de contrôle de la Société de transport de l’Outaouais (STO) sur les coûts du projet. Le nouvel investissement permettra la réalisation d’un corridor de 2,8 km et d’une station au lac Beauchamp. La STO contribuera à hauteur de 25 %, ce qui porte le coût total des travaux à 35,4 millions $. Cette annonce vient s’ajouter à l’annonce déjà faite en collaboration avec le gouvernement fédéral, en août dernier, qui permettra la construction de la station Lorrain et d’un stationnement incitatif de plus de 200 places. L’appel d’offres pour ces travaux a d’ailleurs été publié la semaine dernière. 

Le ministre des Transports du Québec a précisé que les travaux débuteront au courant de l’automne prochain et s’étendront jusqu’à l’été 2021, actuellement ciblé au calendrier pour la mise en service. 


Les travaux de prolongement du Rapibus vers le boulevard Lorrain débuteront l’automne prochain et se poursuivront jusqu’à l’été 2021. — Martin Roy, Le Droit

« L’enjeu de la mobilité est au coeur de l’action gouvernementale, a affirmé le ministre Fortin. On le voit avec des projets majeurs à Montréal, Québec, Lévis et ailleurs dans la province. Il devient clair que le gouvernement encourage des projets visant à réduire les temps de déplacement des Québécois et c’est pour cette même raison qu’on est à Gatineau aujourd’hui. Il a toujours été clair qu’il fallait terminer le Rapibus. Nous prenons ainsi un engagement clair envers le transport collectif, envers Gatineau et envers les citoyens du secteur. On fait la démonstration qu’on sera au rendez-vous pour les autres projets de transport en commun de la Ville de Gatineau. »

La présidente de la STO, Myriam Nadeau, a ajouté que la construction des deux nouvelles stations permettra de répondre à de nombreux enjeux dans le secteur. « On donnera aux résidents de 775 logements accès à une station qui sera à distance de marche, a-t-elle souligné. Ça va permettre à bien des gens d’éviter le rabattement et de régler le problème de l’engorgement du Parc-O-bus Labrosse. Avec la station du Lac-Beauchamp, on facilitera aussi l’accès à un espace vert et un plan d’eau qui sont importants pour les familles et les adeptes du plein air urbain. »

Mme Nadeau a rappelé que le taux de fiabilité des déplacements à la STO dans le secteur du Rapibus est passé de 78 % à 93 %. « C’est aussi un outil de développement économique majeur en rapprochant les gens de leur pôle d’emploi et d’étude et en renforçant les liens entre les différents secteurs de la ville. On a vu une augmentation de 70 % des déplacements des gens des secteurs Gatineau, Masson-Angers et Buckingham, [depuis 2013] et une augmentation de 47 % des déplacements à l’intérieur du secteur Gatineau. Le Rapibus démontre clairement les avantages et la nécessité d’une infrastructure en site propre.»

André Fortin a rappelé qu’une étude était en cours pour la phase III du Rapibus, à savoir le prolongement jusqu’à l’aéroport de Gatineau. «Je remercie le maire [Maxime Pedneaud-Jobin] et l’équipe de la Ville de Gatineau pour le soutien indéfectible envers l’avancement du transport en commun, a tenu à souligner le ministre. Comme citoyen, on pense toujours que ces projets-là n’avancent pas assez vite, qu’ils ne progressent pas assez rapidement, mais les citoyens de Gatineau comprennent qu’ils ont une administration municipale engagée très clairement envers l’amélioration des services de transport en commun et ça passe d’abord par l’engagement personnel du maire.»

•••

Le prolongement de la piste cyclable n’est pas confirmé

Alors que le prolongement du corridor Rapibus est devenu une réalité, lundi, le prolongement de la piste cyclable qui longe le tracé est encore au stade de «souhait», a fait savoir la présidente de la Société de transport de l’Outaouais, Myriam Nadeau. «L’objectif, c’est de livrer le tronçon, mais à terme on veut un lien cyclable aussi, a-t-elle indiqué. Il n’est pas une composante prévue pour les sommes annoncées aujourd’hui, mais on continue de travailler pour être en mesure de l’intégrer éventuellement.»