À cause des délais pour l’obtention d’un certificat d’autorisation environnementale, la Ville a perdu sa garantie sur le prix fixé par Vision multisports Outaouais.

Le prix du futur Guertin n’est plus garanti

EXCLUSIF / Après plusieurs mois d’attente, la Ville de Gatineau a finalement obtenu le certificat d’autorisation environnementale pour la construction du futur aréna Guertin dans le secteur de la place de la Cité. Le Droit a appris que ce délai a toutefois fait perdre à la Ville la garantie dont elle bénéficiait sur le prix du futur complexe.

Le protocole d’entente signé entre la Ville de Gatineau et Vision multisports Outaouais (VMSO), le 22 février 2017, indiquait que le prix était fixé et garanti jusqu’à concurrence de 79 millions $ jusqu’au 31 octobre dernier. Ce montant exclut les coûts du stationnement étagé de 25 millions $. Or, cette date limite est maintenant dépassée depuis près de trois mois. En vertu du protocole, VMSO serait en droit de renégocier le prix sur lequel les deux parties se sont entendues il y a près d’un an. 

« Nous allons évaluer toutes les options avant de retourner nous asseoir avec la Ville pour renégocier le prix du projet si on s’aperçoit que les coûts ont augmenté en raison des délais, a indiqué du Droit le président de VMSO, Alain Sanscartier. On tenterait d’abord de voir si cette possible augmentation peut être absorbée à même les budgets de contingence, mais effectivement, le protocole nous permet de nous rasseoir avec la Ville. »

Questionné à ce sujet au terme du conseil municipal de mardi, le maire Maxime Pedneaud-Jobin a été incapable d’offrir une réponse claire. 

« On va regarder avec VMSO où ils en sont et je ne dirai rien de plus, a-t-il lancé. Il faudrait que mon avocat soit à côté de moi pour vous répondre. Je ne veux pas m’avancer et je vais m’enfoncer dans la langue de bois parce que je ne maîtrise pas assez les différentes données. »

Une chose est cependant claire, la Ville de Gatineau devra verser 675 000 $ en compensation au gouvernement du Québec parce qu’elle a choisi de faire construire le futur Guertin sur des terres humides. 

Ce montant s’ajoute ainsi au budget total du projet.