Les premières actions devant être menées en lien avec le plan de 30,5 millions $ pour améliorer le réseau cyclable de Gatineau ont fait l’objet de vives critiques de la part de plusieurs élus, mardi.

Le Plan vélo critiqué par plusieurs élus

Les premières actions devant être menées en lien avec le plan de 30,5 millions $ pour améliorer le réseau cyclable de Gatineau ont fait l’objet de vives critiques de la part de plusieurs élus, mardi. Les conseillers ont notamment contesté la priorité accordée à certains tronçons et le déséquilibre d’un secteur à l’autre en matière d’investissement en 2019.

Les conseillers Lessard, Lajeunesse, Amyot, Boudrias, Lanthier, Marquis-Bissonnette et Carpentier ont souligné ce qui leur apparaît comme des incongruités entre certaines priorités identifiées de longue date dans leur quartier et les actions ciblées par le Plan vélo.

« Je fais un effort depuis que je suis élu pour ne pas être sectoriel, mais là, il n’y a aucun investissement dans tout Gatineau pour 2019, a noté Gilles Carpentier. C’est peut-être correct, mais on n’a pas l’explication. Ce qui manque c’est la logique utilisée pour identifier les priorités. Dans mon secteur, il y a des besoins qui sont connus de la direction et qui ne sont pas dans la liste proposée, ni à court ni à long terme. Comment puis-je justifier ça auprès des gens ? » M. Carpentier a précisé qu’il appuyait toujours le Plan vélo, mais qu’il y avait un problème de compréhension évident quant à la priorisation des actions à mener.

La présidente de la commission sur les transports, Audrey Bureau, qualifie pour sa part les critiques soulevées par ses collègues de « beau problème » qui démontre l’engouement du conseil en matière de vélo. « Il reste peut-être des discussions à avoir entre les collègues et les directeurs territoriaux pour bien comprendre la relation entre les tronçons identifiés dans le plan vélo et les autres travaux d’infrastructures qui doivent être réalisés, a-t-elle reconnu. Notre coordonnateur vélo a cependant une compréhension complète du réseau cyclable et des besoins. Je pense qu’il revient aux conseillers d’aller voir leur directeur territorial pour obtenir les informations sur les priorisations qui sont faites. »

Travaux 2019

L’administration a identifié dix tronçons qui doivent être réalisés cette année. Cela représente un peu plus de dix kilomètres de nouvelles pistes cyclables et un premier investissement de 6,1 millions $. En raison des inondations et de la pénurie de main-d’oeuvre, l’administration n’a cependant pas été en mesure de confirmer que ces travaux auront lieu comme prévu cette année.

Plus d’argent demandé

Le conseil devra par ailleurs statuer, lors de l’étude du budget 2020, sur un ajout potentiel de 2,4 millions $ au Plan vélo qui prévoit déjà un investissement d’une trentaine de millions de dollars. Cette somme supplémentaire permettrait de financer, selon l’administration, des mesures d’encouragement, d’éducation et d’encadrement liées à la pratique du vélo.

Déjà, des élus ont signifié leur étonnement et leur désapprobation devant cette demande. Ce fut le cas, entre autres, de Louise Boudrias qui a rappelé que Gatineau est déjà aux prises avec des enjeux de déneigement et d’infrastructures routières ; deux postes budgétaires qui devraient, selon elle, être priorisés avant d’ajouter d’autre argent dans le Plan vélo.

Déneigement du réseau

Le scénario le plus minimaliste et le moins coûteux a aussi été retenu comme proposition pour le projet-pilote du déneigement du réseau cyclable.

L’action se résumerait au damage de la piste le long du corridor du Rapibus, entre la station de la Gappe et le boulevard Montclair, ainsi que le damage du sentier des Voyageurs, entre le pont Lady-Aberdeen et la rue Laurier. Le coût de cette mesure est évalué à un peu plus de 28 000 $.

Les élus doivent statuer sur cette dépense lors du conseil municipal la semaine prochaine.