Profitant des lieux déserts pendant les vacances de la construction, Le Droit a effectué une visite exclusive du chantier cette semaine.

Le nouveau « Guertin » prend forme [PHOTOS ET VIDÉO]

EXCLUSIF / L’été a mis du temps à se pointer le bout du nez. Le soleil est parmi nous même si l’hiver cogne à nos portes...

La preuve, c’est que les camps d’entraînement de hockey vont débuter dans une semaine pour l’Intrépide de Gatineau midget AAA. Les Olympiques de Gatineau suivront le 15 août.

Depuis quelques années, l’équipe de la LHJMQ a délaissé le vétuste centre Robert-Guertin pour tenir son camp. Quand il fait chaud, la glace est trop molle au « Vieux Bob » et les risques de blessures augmentent.

Les Olympiques empruntent plutôt le complexe Branchaud-Brière pour leurs préparatifs de saison. Bientôt, ils auront toutefois un nouveau domicile.

Aux angles des boulevards Maloney et de la Cité, un tout nouvel amphithéâtre prend forme à vue d’œil. Les travaux ont débuté le 7 septembre 2018 et tout se déroule rondement jusqu’à présent. Si le projet ne souffre pas de contretemps, le nouvel aréna de 4000 bancs (4800 avec loges et zone VIP) et ses trois patinoires communautaires en annexe seront livrés à temps, en novembre 2020.

Profitant des lieux déserts pendant les vacances de la construction, Le Droit a effectué une visite exclusive des lieux cette semaine afin de jeter un regard sur la progression des travaux.

À première vue, tout porte à croire que le groupe Vision Multisports Outaouais (VMSO) est sur la bonne voie pour réaliser le projet dans les temps et les coûts prévus (quelques légers surplus sont à prévoir) comme ce fût le cas à leur premier essai avec le Complexe Branchaud-Brière.

« Le bloc A, qui représente l’amphithéâtre où évolueront les Olympiques, est complété à 35 %. À la mi-août, ça va bouger beaucoup. Il y aura entre 165 et 175 travailleurs en même temps sur le chantier. C’est là que nous allons installer les systèmes de réfrigération de la glace. En septembre, nous allons atteindre un sommet de 225 travailleurs sur place. Ce sera une course contre la montre pour fermer tout l’édifice afin de pouvoir travailler à l’intérieur pendant l’hiver », avance Alain Bastarache, directeur du projet des quatre glaces de la Cité.

Le bloc B, qui regroupe les trois n’est pas aussi avancé. Seule la fondation a été coulée, mais la structure va commencer à monter à la mi-août et les travaux avanceront rapidement par la suite.

Quant au stationnement étagé, il est pratiquement achevé.

« Ce sera terminé avant les Fêtes, avance Alain Sanscartier, président du conseil d’administration chez VMSO. La Ville de Gatineau veut ouvrir le stationnement partiellement pour permettre aux ouvriers de s’en servir pour s’y stationner pendant les travaux d’hiver. »

Métamorphose

Rapidement, le décor de l’intersection Maloney/de la Cité est en train de subir une métamorphose. Bientôt, les fenêtres opaques servant de murs extérieurs seront installées. Les gradins sont complétés à 90 %. Les 40 loges et la zone VIP sous la formule tout inclus de 132 sièges sont en construction. VMSO veut livrer un projet de qualité pour les utilisateurs des sports de glace de l’Outaouais.

« Nous nous sommes promenés en Ontario, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et partout au Québec pour voir des projets semblables. Nous avons regardé les bons côtés. Nous avons posé des questions aux responsables de projets pour connaître les éléments qu’ils voudraient corriger afin de ne pas répéter les mêmes erreurs. Présentement, tout se déroule assez bien. Il peut toujours arriver des pépins qui vont entraîner un effet boule de neige. Pour l’instant, notre cible demeure novembre 2020 pour l’achèvement des travaux, mais nous tiendrons une conférence de presse à l’automne pour faire une mise à jour de l’échéancier », a ajouté Alain Bastarache.

En date de vendredi, le directeur général de VMSO Alain Gagné a avancé que son groupe avait déjà payé 21,657 millions $ (27 %) des coûts reliés au projet évalué à 79 millions $ au départ, puis revu à la hausse à 81,1 millions $ (avant taxes). Avec le stationnement étagé qui est un projet à part, la facture totale sera de 104 millions $.

+
UN AUTRE PAS VERS UN NOUVEAU CENTRE-VILLE

Le véritable centre-ville de Gatineau, il est où exactement ? Dans le Vieux-Hull ? Dans l’axe Gréber/Maloney?

Depuis la fusion des villes de Gatineau, Hull, Aylmer et Masson-Angers, la réponse n’a jamais fait l’objet de consensus.

Et si c’était l’intersection des boulevards Maloney et de la Cité ? Le paysage a déjà beaucoup changé dans ce secteur de Gatineau et l’ajout d’une nouvelle infrastructure avec quatre glaces accompagnées d’un stationnement à étages va apporter encore plus d’achalandage dans le coin.

«Avec l’amphithéâtre et les trois glaces communautaires, on parle de plus en plus d’un pôle pour Gatineau, a dit Alain Sanscartier, président du conseil d’administration du groupe VMSO. Il y a le complexe sportif avec la piscine. La gymnastique est là. L’équipe nationale de volley-ball s’y entraîne. Nous sommes près du Cégep de l’Outaouais et de la Maison de la culture. Le Rapibus passe juste à côté. Il y a une dynamique qui est en train de changer dans ce secteur. Le nouvel amphithéâtre va devenir un bel attrait autant localement qu’au niveau touristique.»

Les quatre nouvelles patinoires vont venir combler un besoin qui était devenu une nécessité sur le territoire outaouais.

«On parle beaucoup de hockey junior, mais il ne faut pas oublier la masse que nous allons servir avec cette mise à jour de nos patinoires. D’ailleurs, VMSO ne serait jamais embarqué dans le dossier si les glaces communautaires n’avaient pas fait partie du projet. C’était un dossier prioritaire. La communauté avait aussi besoin d’une infrastructure comme celle-ci du côté québécois, car il va apporter de l’événementiel. Il n’y a pas de salle de spectacle de 4000 places de ce côté-ci de la rivière.»

Un troisième projet ?

Le projet des quatre glaces va représenter la deuxième réalisation de VMSO. Elle deviendra une source de fierté pour le groupe, mais ce groupe de bénévoles a déjà ouvert une porte pour un troisième projet.

«Comme avec Branchaud-Brière, nous sommes fiers du legs que nous allons laisser à la communauté. Peut-être qu’en 2025, nous allons faire la même chose ailleurs aussi», a laissé tomber Alain Sanscartier, sourire coin, tout en se demandant pourquoi le dossier des patinoires dans le secteur du Plateau était devenu si silencieux.

L’ancien entraîneur de l’Intrépide de Gatineau et des Olympiques de Hull continue d’entretenir l’idée d’aider sa communauté, mais se dit toutefois agacé par «un mythe» qui circule sur les intentions réelles de son groupe.

«Tous les administrateurs impliqués ne retirent aucun gain pécuniaire là-dedans. C’est du bénévolat à l’état pur pour notre organisme à but non lucratif, mais il semble encore exister une perception de certaines personnes qui pensent que nous allons chercher un enrichissement financier. Ce n’est pas du tout le cas. Nous avons des gens de toutes les sphères de la communauté chez nous. Certains ont l’air de craque-pots mais nous épousons tous la même cause. Le premier samedi matin où les quatre glaces seront occupées, nous allons en tirer une immense fierté», a ajouté Alain Sanscartier.