Plusieurs autobus de la STO ont des problèmes de climatisation, une conséquence de la grève.

Le mercure monte dans les autobus

Le syndicat représentant les chauffeurs de la Société de transport de l'Outaouais (STO) déplore que peu de réparations soient faites sur les systèmes de climatisation défectueux à bord des autobus, dont ceux qui sortent sur la route pendant de longues heures alors que le soleil plombe.
Selon ce que rapporte le local 591 du Syndicat uni du transport, les températures élevées observées ces derniers jours ont été durement ressenties à bord des autobus de la STO.
« Le temps très chaud de cette fin de semaine a fait en sorte que des chauffeurs ont dû travailler plusieurs heures sans air climatisé à une température de 38 degrés Celsius avec le facteur humidex dans leurs autobus en raison de défectuosités, rapporte le syndicat sur sa page Facebook. Les chauffeurs ont demandé de changer d'autobus, ce qui leur a été refusé par les représentants de l'employeur en fonction cette fin de semaine. »
Le syndicat souligne qu'en 2015, un « bulletin » émis par l'employeur prévoyait la possibilité que les chauffeurs puissent changer d'autobus « dès que possible » lors de quarts de travail de six heures ou plus.
En entrevue, le président du syndicat, Félix Gendron, soutient que l'employeur évoque un surplus « d'ouvrage à l'entretien » pour expliquer qu'il soit parfois impossible pour les chauffeurs d'obtenir un autobus climatisé. 
La porte-parole de la STO, Céline Gauthier, rétorque que rien d'oblige la STO à fournir un autobus climatisé aux chauffeurs, peu importe la durée de leur quart de travail.
« Quand c'est possible, on souhaite que nos chauffeurs puissent avoir un autobus climatisé lors de grandes chaleurs, indique-t-elle. [...] La période de six heures non plus n'est pas conventionnée. Quand c'est possible, tant mieux, mais il  n'y a pas d'obligation de la part de la STO de changer le véhicule. »
La STO souligne qu'à l'heure actuelle, sur un parc de 313 autobus, il n'y en a que 14 qui ne sont pas équipés d'un système de climatisation. 
Des défectuosités touchant la climatisation sont toutefois observées dans 61 autobus. Ces problèmes prennent plus de temps à être réparés en raison de la grève des chauffeurs et employés de l'entretien qui a eu lieu cet hiver, soutient Mme Gauthier, puisque le programme d'entretien annuel de ces systèmes « accuse un certain retard », la STO se concentrant sur les « réparations les plus urgentes ».