Maxime Pedneault-Jobin a retiré toutes les responsabilités du conseiller Blondin concernant les dossiers de l’éducation.

Le maire dégomme Blondin des dossiers de l’éducation

La sortie publique du conseiller Jocelyn Blondin contre le maire de Gatineau pour son intervention dans le dossier de l’école 036 a été la goutte qui a fait déborder le vase. Maxime Pedneaud-Jobin a annoncé qu’il retirait le rôle de responsable des dossiers de l’éducation au conseiller de Val-Tétrault—Manoir-des-Trembles.

La sortie publique du conseiller Jocelyn Blondin contre le maire de Gatineau pour son intervention dans le dossier de l’école 036 a été la goutte qui a fait déborder le vase. Maxime Pedneaud-Jobin a annoncé qu’il retirait le rôle de responsable des dossiers de l’éducation au conseiller de Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau. 

« J’ai cru que M. Blondin pourrait avoir la distance nécessaire pour exercer son rôle malgré sa grande proximité avec la présidente [de la CSPO] Mme Légaré, qui a été son agence officielle lors de la dernière campagne électorale, mais il semble avoir choisi la voix de l’opposition systématique, a contre-attaqué le maire Pedneaud-Jobin. Je vais devoir trouver quelqu’un d’autre qui voudra travailler de façon constructive. Je pensais qu’on serait capable, mais à l’évidence ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas dans l’intérêt de Gatineau d’avoir M. Blondin là. »

Le maire Pedneaud-Jobin affirme qu’il ne savait plus sur quel pied danser avec M. Blondin comme responsable des dossiers de l’éducation au conseil, une nomination qu’il avait lui même fait au début du dernier mandat. « Avec ce qu’il dit ce matin, ce n’est pas évident de savoir dans quelle équipe il joue […] je n’ai pas besoin de quelqu’un dans mon équipe qui essaie de me nuire », a affirmé le maire. 

À lire aussi: Jocelyn Blondin critique l'approche du maire

« Il me critiquera »

De démettre ainsi de ses fonctions particulières un conseiller municipal en plein mandat est une première à Gatineau depuis la fusion. 

Le maire explique que ce type de nomination qui n’a pas à être approuvée par le conseil était une façon pour lui de s’appuyer sur les compétences d’un élu dans un dossier précis afin que les dossiers « avancent vite et mieux ». « C’était mon bras droit dans le dossier de l’éducation, mais je ne peux pas avoir quelqu’un qui dit le contraire de ce que je dis quand on rencontre les commissions scolaires, insiste M. Pedneaud-Jobin. Il peut dénoncer les choix que je fais, il peut critiquer, ça fait partie du jeu démocratique, mais je ne peux pas avoir quelqu’un qui contredit ce que dit la Ville alors qu’il est censé représenter la Ville. Je ne veux plus travailler comme ça avec quelqu’un qui n’est pas prêt à collaborer pour qu’on défende des positions ensemble. Je préfère travailler avec quelqu’un de constructif qui veut que la Ville avance et si M. Blondin juge que ce que je fais n’est pas correct, il me critiquera. » Son remplaçant sera connu dans les prochains jours.

« Je veux faire avancer Gatineau »

Le maire Pedneaud-Jobin a aussi pris la peine de défendre son intervention publique concernant la présidente de la CSPO en mars dernier. Il a répété que Mme Légaré était dans l’erreur quand elle a reproché à la Ville sa lenteur dans le dossier de l’école 036. 

« J’ai envoyé une lettre assez claire disant qu’au lieu de se tirer des roches, ce qu’on doit faire c’est de faire avancer les choses, a-t-il rappelé. Ç’a fait jaser, oui, mais cela a permis à la CSPO de créer un comité de travail pour consolider notre partenariat et depuis ce temps le dossier de l’école va bien et avance de façon constructive. Je n’ai pas l’intention de nuire à qui que ce soit, ce que j’essaie de faire, c’est de faire avancer Gatineau et dans ce dossier-là, ç’a fonctionné. »

Le maire a rappelé que M. Blondin avait été consulté et avait approuvé le communiqué de presse diffusé par le maire en mars dernier.