Le maire Pedneaud-Jobin reconnaît que l'aéroport dispose d'un fort potentiel de développement. Il désire toutefois demeurer prudent avant de s'avancer sur la suite des choses.

Le maire de Gatineau prudent sur l'avenir de l'aéroport

La Ville de Gatineau doit «se brancher» et prendre une décision quant à l'avenir de son aéroport, confirme le maire Maxime Pedneaud-Jobin.
«Ou bien nous cessons de financer le déficit de l'aéroport et on délaisse cette infrastructure, ou bien nous y mettons plus de ressources pour la développer, dit-il. Je crois qu'une ville qui veut jouer un rôle important doit avoir un aéroport, c'est une infrastructure qui a plein de potentiel, mais à quel prix et qui doit payer ce prix?»
Dans son édition de vendredi, LeDroit révélait que Manufacturiers et exportateurs du Canada (MEC), la plus importante association d'affaire et de commerce au pays représentant plus de 10000 manufacturiers et exportateurs, presse la Ville de Gatineau de développer son aéroport en ciblant, à court terme, le secteur de l'aéronautique civil et militaire.
«L'aéroport exécutif de Gatineau et les sites situés en périphérie constituent un endroit stratégique pour l'émergence d'une grappe industrielle et technologique dans les secteurs de l'aéronautique et de la défense», soutient un document remis à l'ensemble des conseillers municipaux de Gatineau, peu avant la tenue du lac-à-l'épaule.
Le maire qualifie le document d'«intéressant» et reconnaît que l'aéroport dispose d'un fort potentiel de développement. Il désire toutefois demeurer prudent avant de s'avancer sur la suite des choses.
«Nous avons demandé à l'administration de nous fournir une analyse de la situation de l'aéroport et qu'on nous recommande une stratégie de travail, précise le maire Pedneaud-Jobin. Ce rapport doit être déposé en avril prochain.»
Diversifier l'économie
Le conseiller du Plateau, Maxime Tremblay, est pour sa part convaincu que Gatineau pourrait connaître un brillant avenir dans le domaine de l'aéronautique. Il s'agit, selon lui, d'un des quatre secteurs, avec le tourisme, le savoir et l'économie sociale où la Ville de Gatineau devrait concentrer ses efforts afin de diversifier son économie.
«Il faut se rattacher à la grappe aéronautique, affirme-t-il. Mais une fois qu'on a dit ça, il faut voir comment y arriver, comment nous allons le faire et quel sera le mandat du CLD dans ce projet. À mon avis, une organisation qui a toujours besoin de subventions pour survivre ça ne fonctionne pas. L'aéroport fait des déficits, mais il est sous-exploité.»
Le maire soutient que la proposition de MEC et de la Chambre de commerce de Gatineau est intéressante. «Il faut voir nos options, dit-il. Est-ce qu'on doit créer une autre structure pour faire de la prospection ou élargir la mission du CLD? Il faut voir. Une chose est évidente, toutefois, il faut que Gatineau fasse plus de prospection d'entreprises.»