Le «Cœur du village» bientôt en chantier dans le Plateau

Il se sera écoulé plus de dix ans entre la toute première consultation publique sur le projet du « Cœur du village », dans le quartier du Plateau, et le début des travaux qui doivent s’amorcer au courant de l’été.

La conseillère du quartier, Maude Marquis-Bissonnette, explique que le service de l’urbanisme s’affaire présentement à élaborer un plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) qui permettra de définir les derniers détails du projet et de répondre à certaines inquiétudes citoyennes qui persistent.

« Plusieurs citoyens ont exprimé des inquiétudes quant à la circulation sur le boulevard du Plateau en raison de la densité résidentielle et commerciale du projet, note la conseillère, mais il faut savoir que cette artère a été conçue pour être à deux voies dans chaque direction. L’élargissement du boulevard n’est pas pour demain, mais ça doit faire partie de la réflexion. »

Quant aux hauteurs des bâtiments à usage mixte le long du boulevard, elle a été fixée à dix étages par la Ville. Mme Marquis-Bissonnette reconnaît que de nombreux résidents craignent l’effet de mur que ces bâtiments pourraient avoir. « Le PIIA nous permettra d’agir pour éviter cet effet, dit-elle. Il y a moyen de réduire cet effet, par exemple, en mettant en retrait un certain nombre d’étages supérieurs. »

La conseillère du Plateau soutient que le promoteur du projet — un consortium formé de Multivesco et de Junic — souhaite débuter les travaux cet été. « C’est un gros projet qui se fera en plusieurs phases, mais les travaux doivent débuter avec l’aménagement de la place publique, qui sera juste en face de la nouvelle bibliothèque, ainsi que la construction des premiers bâtiments qui doivent border cette place publique. Ce sont des immeubles d’environ cinq étages qui abriteront des espaces commerciaux au rez-de-chaussée, des bureaux au deuxième étage, et du résidentiel pour les étages supérieurs. »

Mme Marquis-Bissonnette ajoute que le promoteur souhaite s’assurer que cet énorme chantier ne brime pas trop la quiétude des lieux déjà très fréquentés par les citoyens.

Un bureau des ventes sans permis dans le Plateau

Les promoteurs du projet du « Cœur du village » se sont fait pincer par la Ville de Gatineau pour avoir construit, illégalement, sans permis de bâtir et sans que le projet ait été approuvé un bureau des ventes à l’angle du boulevard du Plateau et de la rue de Bruxelles. 

C’est une plainte d’un citoyen, déposée à la fin du mois de mars, alors que la construction du bâtiment s’amorçait, qui a alerté les autorités municipales. Ce dernier a fait ses recherches auprès du service de l’urbanisme pour se rendre compte que le promoteur -un consortium formé de Junic et de Multivesco-  n’avait pas de permis pour réaliser ce projet de construction. 

Les promoteurs du projet du « Cœur du village » se sont fait pincer par la Ville de Gatineau pour avoir construit, illégalement, sans permis de bâtir et sans que le projet ait été approuvé un bureau des ventes à l’angle du boulevard du Plateau et de la rue de Bruxelles.

Malgré les interventions du service des inspections, les travaux se sont poursuivis, si bien que l’immeuble qui servira de bureau des ventes est aujourd’hui presque terminé. Le service des communications de la Ville de Gatineau a confirmé au Droit que le projet n’a jamais été approuvé et n’a fait l’objet d’aucun permis de construire. « La Ville est intervenue dans ce dossier, a précisé le service des communications. Un avis d’ordre d’arrêt des travaux, un avis d’infraction, ainsi qu’un constat d’infraction ont été délivrés. Le cheminement des procédures pénales suit son cours. Lorsque des inspections permettent de constater que les travaux se poursuivent, le constructeur est passible de constats d’infractions supplémentaires. » Le dossier est actuellement entre les mains du service juridique de la Ville de Gatineau. Il n’a pas été possible de savoir si le promoteur a été mis à l’amende. Le président de Junic, Nicolas Tremblay, n’a pas retourné l’appel du Droit.

La conseillère du Plateau, Maude Marquis-Bissonnette précise que ce bâtiment pourra, à rebours, devenir légal, une fois que le Plan d’implantation et d’intégration architectural (PIIA) du Cœur du village aura été adopté. Cela n’empêchera pas les procédures légales de se poursuivent.