Les commissions politiques de la Ville de Gatineau feront l'objet d'une refonte majeure.

Le conseil revoit le modèle de ses commissions politiques

Après des mois, voire des années de travail, de discussions et d'analyses, Gatineau est sur le point de se doter d'un nouveau modèle de fonctionnement pour ses comités et commissions politiques.
La clé de tout l'exercice se trouve dans la « transversalité », ou encore l'intégration des enjeux et des préoccupations des différents groupes dans un nombre réduit de commissions. Les familles, l'accessibilité universelle et les fêtes et festivals, entre autres, verraient leur comité propre disparaître. Les débats au conseil ont toutefois permis de conserver une structure de représentation pour les aînés.
Le premier grand changement sur lequel les élus devront se prononcer lors du conseil municipal du 11 avril est la réduction importante du nombre de structures. 
Ainsi, selon la présentation faite au comité plénier de mardi, le nombre de comités et commissions doit passer de 23 actuellement à 15 dès le début du prochain mandat. 
Les modifications proposées aux élus concernent beaucoup plus le contenant que le contenu. Bien des éléments restent encore à déterminer notamment quant au fonctionnement et à la composition de ces nouvelles structures. Il en va de même pour toute la question des salaires. 
Les derniers éléments de la réforme devraient être clarifiés avant les vacances d'été.
Six grandes commissions doivent chapeauter l'ensemble des travaux, à savoir la commission sur les transports, les déplacements durables et la sécurité, la commission sur le développement du territoire, l'habitation et l'environnement, la commission de développement économique et la commission Gatineau, ville en santé. 
Les consultations faites au cours des derniers mois ont forcé le comité responsable de la réforme à reculer sur l'intention de fusionner sport et culture au sein d'une même commission. Il y aurait donc une commission sur les arts et la culture et une autre pour les sports et loisirs. 
L'urbanisme, le milieu agricole et les demandes de démolition conservent leur comité respectif.
Fonctionnement à déterminer
Le fonctionnement précis de chacune des commissions reste encore à préciser. 
Leur lien entre elles et avec le conseil municipal aussi. Leur composition pourrait être revue de manière importante. Les futurs membres pourraient devoir suivre une formation et démontrer des compétences précises afin de siéger à des comités et des commissions. 
La possibilité de mettre sur pied trois tables de concertation réunissant des partenaires sur le centre-ville, les événements et Gatineau, ville en santé a aussi été avancée. La formule pour la représentation des aînés demeure elle aussi à être précisée.