L’agrandissement du mégacentre Destination Vanier, situé aux abords du chemin Vanier, entre le boulevard des Allumettières et le boulevard du Plateau, a été autorisé après de longs débats au conseil municipal de Gatineau.

Le conseil gatinois de nouveau divisé

Un autre dossier où la lutte aux changements climatiques et le développement économique s’entrechoquent a divisé le conseil municipal, mardi, à Gatineau. Au final, le conseil a majoritairement adopté, après d’âpres débats, l’agrandissement du mégacentre, Destination Vanier, situé aux abords du chemin Vanier, entre le boulevard des Allumettières et le boulevard du Plateau.

Pour les élus d’Action Gatineau qui ont de nouveau mordu la poussière dans ce type de dossier, il s’agit d’un «rendez-vous manqué avec la Terre», alors que pour une majorité d’indépendants, le projet devait aller de l’avant parce qu’il respectait en tout point la réglementation municipale et aussi, pour plusieurs, par respect pour le travail réalisé par le promoteur dans ce dossier depuis maintenant quatre ans.

«Ceux qui votent sur un projet comme ça, ce ne sont pas nos services, c’est nous, a lancé aux élus le maire Maxime Pedneaud-Jobin, quelques instants avant le vote. Quand on parle d’urgence climatique, pour moi on est exactement là-dedans. Est-ce que c’est urgent d’agir pour le conseil ou si ce n’est pas urgent? On est devant une résolution et on a le droit de voter contre. Si on pense que ce modèle de développement commercial est dépassé, on a le droit de voter contre et c’est ce que je vais faire.»

La conseillère Myriam Nadeau a rappelé que c’est dans ce type de décision qu’un conseil municipal peut amener les gens à poser des gestes porteurs de changement. «C’est le genre de décision anodine pour certains qui permet de changer la donne pour repenser notre développement urbain malmené depuis les cinquante dernières années.»

L’appel à la conscience environnementale fait par les élus d’Action Gatineau n’a toutefois pas fait changer d’idée une majorité d’indépendants d’accord avec le projet d’agrandissement du mégacentre Destination Vanier.

«On ne vient pas à la table du conseil à la dernière minute pour faire retirer quelque chose comme ça, on ne peut pas punir nos entrepreneurs de cette manière», a lancé le conseiller Mike Duggan.

La conseillère Audrey Bureau a pour sa part présenté une argumentation qui jouait sur les deux tableaux.

Elle s’est dite «totalement d’accord que le modèle des mégacentres ne doit plus être répété sur le territoire de la ville». Elle a cependant rappelé que le projet respectait le cadre réglementaire actuellement en vigueur et que les services municipaux accompagnent le promoteur depuis quatre ans dans ce dossier.

Elle a voté en faveur du projet en affirmant que des changements à la réglementation doivent être faits rapidement. Louise Boudrias s’est aussi rangée derrière ce dernier argument.

«C’est vrai qu’il faut penser autrement, mais ça doit se faire en modifiant nos règlements, a-t-elle affirmé. Ça ne se fait pas ça à un promoteur, à la dernière minute, quand ça fait quatre ans qu’il travaille avec l’administration pour modifier son projet.»

Pour la conseillère du quartier, Maude Marquis-Bissonnette, il s’agit d’un rendez-vous manqué pour les élus.

«On entend au conseil des élus qui parlent d’urgence climatique et du souhait de plusieurs d’aller plus vite et plus loin, mais concrètement, la planète se meurt et dans ce contexte, approuver ce projet-là est un rendez-vous manqué de faire face au défi des changements climatiques», a-t-elle affirmé visiblement déçu de la position du conseil.