L’explosion du télétravail chez les fonctionnaires provoque un grand vide dans le centre-ville de Gatineau, ce qui met en péril la grande majorité des commerces du secteur.
L’explosion du télétravail chez les fonctionnaires provoque un grand vide dans le centre-ville de Gatineau, ce qui met en péril la grande majorité des commerces du secteur.

Le centre-ville de Gatineau déserté par les fonctionnaires en télétravail

La COVID-19 et le télétravail ont vidé le centre-ville de Gatineau.

Selon des évaluations sommaires fournies par Vision Centre-Ville, environ 35 000 fonctionnaires fédéraux, provinciaux et municipaux travaillent dans le centre-ville de Gatineau. Depuis le début de la pandémie, à peine 15 % de ces travailleurs seraient toujours à leur bureau. Il y a de quoi paniquer dans les boutiques et les restaurants du secteur.

« On est extrêmement inquiets, de lancer Stefan Psenak, directeur général de Vision Centre-Ville de Gatineau. Si on ne revient pas à un niveau plancher de 50 % de fonctionnaires dans les bureaux de la fonction publique, de nombreux commerces du centre-ville fermeront leurs portes définitivement, et ce, dans un avenir très rapproché. »

Le pessimisme de M. Psenak ne semble pas exagéré. En fait, l’économie du centre-ville est directement reliée aux gens qui entrent dans le secteur tous les jours. On y retrouve des restaurants et de bars, mais aussi des petits commerces de proximité et des boutiques.

« On remarque que dans le centre-ville, il n’y a pas beaucoup de grandes chaînes commerciales, ajoute M. Psenak. La majorité des entreprises sont indépendantes et elles comptent majoritairement sur l’apport économique des fonctionnaires pour survivre. Il ne faut pas croire que tous ces commerces roulent sur l’or, bien au contraire. L’équilibre entre la rentabilité et les déficits est très fragile. Il ne faudrait pas que les fonctionnaires restent en mode télétravail trop longtemps sinon je ne sais vraiment pas ce qui va se passer. On pourrait assister à une véritable hécatombe. »

En ce moment, Vision Centre-Ville et la Ville de Gatineau œuvrent sur trois fronts afin de revitaliser le centre-ville et assurer sa viabilité socio-économique.

Données manquantes

Plusieurs données qui permettraient à l’équipe de Vision Centre-Ville de dresser un portrait juste de la situation sont toujours manquantes. 

« En ce moment, on n’a pas toute l’information nécessaire pour avoir un portrait fidèle, explique M. Psenak. La grande inconnue est quand on va revoir les fonctionnaires dans le centre-ville. Il faut comprendre que les commerces du centre-ville ne peuvent pas être supportés par la population locale qui elle, est aussi fragilisée par la COVID-19. De plus, on constate un clivage important dans la population du centre-ville entre les biens nantis et les familles à revenu modeste. On doit à tout prix faire entrer des nouveaux résidents de la classe moyenne pour assurer la survie du secteur. »

En ce moment, Vision Centre-Ville et la Ville de Gatineau œuvrent sur trois fronts afin de revitaliser le centre-ville et assurer sa viabilité socio-économique. En tête de liste vient évidemment le maintien des emplois reliés à la fonction publique dans le Vieux-Hull.


« On est extrêmement inquiets. »
Stefan Psenak, directeur général de Vision Centre-Ville de Gatineau

Le deuxième effort concerne l’arrivée de familles de la classe moyenne dans le secteur et enfin, on doit attirer les Gatinois provenant de tous les secteurs de la ville à venir consommer et se divertir dans le Vieux-Hull.

« En ce moment, on ne peut rien faire concernant les fonctionnaires qui ont quitté le centre-ville, indique le DG et ancien conseiller municipal. Pour le reste, on a des alliés solides comme Zibi et d’autres promoteurs qui vont certainement attirer leur lot de résidents et on continue de travailler étroitement avec la Ville afin d’attirer des familles dans le Vieux-Hull grâce à des crédits de taxes. On a fait des pas de géants en 10 ans. On a vu de nombreux espaces de stationnement faire place à des immeubles à logements. Mais avec la crise, c’est comme si on avait reculé de six pas sur les 10 qu’on venait de faire en avant. »

Offre culturelle

L’offre culturelle présentée par les commerçants du centre-ville est un des points forts du pouvoir attractif du Vieux-Hull, selon Vision Centre-Ville.

« Il est clair que l’identité du secteur est déterminée par l’offre culturelle, insiste M. Psenak. Le Sentier culturel, les nombreux producteurs de spectacles et la gastronomie de haut niveau placent le Vieux-Hull parmi les destinations majeures en Outaouais et surtout à Gatineau. »

Enfin, si une bonne nouvelle peut émerger de cette situation, c’est l’augmentation du rythme des travaux dans le secteur de la rue Laval et de la ruelle Aubry.

« Avant la crise, les travaux sur Laval devaient faire une pause au printemps pour reprendre à l’automne, explique M. Psenak. Maintenant que le scénario a changé, ces travaux ne cesseront pas et seront sans aucun doute terminés beaucoup plus tôt que prévu. »