Les élus gatinois entament cette semaine les discussions entourant le budget 2019.

Le budget 2019 à l'étude à Gatineau

Une semaine décisive pour l’année à venir, mais aussi pour le reste du deuxième mandat de l’administration Pedneaud-Jobin s’amorce, ce lundi, à Gatineau. Pendant les quatre prochains jours, les élus passeront au crible le budget 2019 et seront appelés à prendre des décisions qui détermineront une bonne part de l’activité municipale des prochaines années.

Il est déjà acquis que le conseil municipal fera un effort plus important qu’annoncé dans le cadre financier d’Action Gatineau pour réduire la pression fiscale sur les épaules des contribuables. Plutôt que l’augmentation de taxes de 2,5 % précédemment prévue, le comité exécutif a choisi de s’arrimer avec l’analyse approfondie du budget réalisée par le conseiller Gilles Carpentier, et proposera une hausse de taxes limitée à 2,1 % pour 2019. Les débats sur la taxation n’auront toutefois lieu que mercredi après-midi.

Plusieurs autres éléments retiendront l’attention cette semaine, notamment le plan d’intervention promis par le maire pour régler les refoulements d’égout à répétition dans certains quartiers. Il sera présenté au conseil, mercredi. Selon nos informations, ce plan spécial s’étendra de 2019 à 2023. Certains travaux pour ajouter des conduites d’égout seraient planifiés dès 2019, mais l’année à venir servirait surtout à faire des inspections, des études et planifier les travaux des prochaines années.

Emprunter pour le vélo

Le conseil sera aussi appelé à faire les premiers efforts financiers dans le cadre du nouveau plan directeur vélo qui prévoit des investissements de 35,6 millions $ d’ici 2025. Ce plan recommande d’y dépenser 6,1 millions $ par année et de tripler les investissements destinés à la réfection et l’entretien du réseau. Depuis 2014, un montant de 500 000 $ par année était réservé à l’entretien des pistes cyclables, mais l’administration a reconnu en juin avoir été incapable de dépenser la moitié de cette somme en raison d’un manque de ressources humaines. Selon nos informations, il serait recommandé au conseil de se tourner vers l’emprunt pour financer les importants investissements prévus par le plan directeur vélo.

Le fil de la semaine

La journée de lundi sera principalement réservée à un rappel des recommandations émises dans le rapport de M. Carpentier et un bilan de la situation financière de la Ville en 2018. Il sera aussi question de la politique de stationnement, du plan de gestion de l’eau et de la rémunération des élus.

L’avant-midi de mardi sera réservé à la présentation du nouveau plan d’investissements communautaires qui doit remplacer ce qui était auparavant connu comme le plan quadriennal des parcs, abondamment financé avec les frais de croissance. Il sera intéressant de voir si la Ville conservera le même rythme d’investissement dans ses parcs malgré l’absence de ces revenus des frais de croissance. La sécurité dans les corridors scolaires est aussi au menu. L’après-midi se fera à huis clos, probablement pour mener les discussions relatives aux ressources humaines.

La journée de mercredi sera bien remplie. En plus de la taxation, la diversification des revenus et les améliorations de services aux citoyens, l’administration présentera le plan d’investissement pour le maintien des infrastructures ainsi que le très attendu bilan de la performance du service des infrastructures pour l’année en cours.

L’avant-midi de jeudi est réservé aux décisions budgétaires finales. Le conseil a pris l’habitude de mener des votes indicatifs sur chacun des éléments budgétaires à la fin de la semaine d’étude.

+

LE MAIRE ABSENT POUR LE DÉBUT DES DÉBATS

Les deux premières journées d’étude du budget se dérouleront en l’absence du maire, Maxime Pedneaud-Jobin, retenu auprès de sa famille endeuillée par le décès de l’ex-premier ministre Bernard Landry dont les funérailles d’État auront lieu mardi, à Montréal. 

Compte tenu des circonstances, le président du conseil municipal, Daniel Champagne, s’est dit ouvert, la semaine dernière, à la possibilité de reporter les discussions budgétaires, mais le comité exécutif et le maire n’ont fait aucune demande en ce sens. 

Le conseiller et membre du comité exécutif, Cédric Tessier, affirme que cette possibilité a été étudiée, mais rejetée en raison de l’impossibilité de concilier les exigences de l’agenda des prochaines semaines. Ce dernier affirme qu’il était d’abord « essentiel » de conserver quatre jours consécutifs de débats. Il est aussi nécessaire pour le conseil de présenter dès cette semaine les « avis de présentation » concernant la taxation et la tarification pour que le conseil soit en mesure de voter légalement sur ces deux éléments lors de la séance de décembre. 

M. Tessier ajoute que l’option de reporter les discussions budgétaires en janvier a été analysée, mais aussi rejetée compte tenu des coûts qu’aurait engendré le retard dans l’envoi des avis de taxation en début d’année 2019. 

L’absence du maire veut aussi dire que le comité exécutif fera sa proposition budgétaire au conseil municipal sans président ni vice-président. « Ça ne cause aucun problème de procédures », note M. Tessier qui a, dans ces circonstances, été désigné comme porte-parole du comité.