Le conseiller Gilles Carpentier a été promu à la présidence du comité exécutif.

Le «bras droit» du maire

Les propos lancés par le maire Maxime Pedneaud-Jobin, mardi, à l’annonce des nominations aux divers comités et commissions, n’ont pas échappé à l’oreille attentive de Gilles Carpentier, promu à la présidence du comité exécutif, un changement qui ne nécessitera rien de moins qu’un changement à la Charte de la Ville de Gatineau.

« Le maire a dit que je devenais son bras droit », n’a pas manqué de noter le principal intéressé. Le poste qu’occupera M. Carpentier était auparavant automatiquement réservé au premier magistrat. M. Pedneaud-Jobin sera ainsi moins impliqué dans les menus détails des dossiers qui viennent à la table du comité exécutif. « Je vais plus jouer un rôle d’arbitre quand il y aura des conflits de priorités ou entre différentes visions de ce qui devrait être fait, a-t-il précisé. M. Carpentier aura le temps et la compétence pour être directement dans les dossiers et pour traiter ça, à la limite, de façon mieux que moi. » 

Cette nouvelle façon de faire pourrait avoir l’effet d’accroître le pouvoir des politiciens dans l’immense appareil administratif qu’est la Ville de Gatineau. Gilles Carpentier est déterminé à « prendre en main la fonction exécutive de la Ville et de la rendre véritablement exécutive ». Selon lui, le comité exécutif doit arrêter de travailler de manière « tactique » et se contenter d’adopter les résolutions les unes après les autres. « Le comité aura plus un rôle où il va donner les grandes orientations stratégiques à la direction et s’assurer qu’elles soient exécutées, dit-il. C’est un rôle d’accompagnement de la direction en donnant une perspective exécutive sur les enjeux. »