La Ville de Gatineau pourrait demander aux militaires de l'appuyer dans la surveillance et la patrouille de la rivière ainsi que dans la livraison de sacs de sable.

L'armée à Gatineau?

Si l'armée est disponible, Gatineau « serait fou de s'en passer », a dit le maire Maxime Pedneaud-Jobin, vendredi après-midi. Quelques minutes après l'annonce de Québec de faire appel aux Forces armées canadiennes pour aider les sinistrés des inondations historiques, le maire de Gatineau a confirmé que les services municipaux examinaient les besoins d'ici samedi.
Lors du bilan quotidien des autorités municipales, peu de temps avant l'annonce de Québec, M. Pedneaud-Jobin a dit faire confiance à ses services d'urgence pour venir en aide aux citoyens plongés au coeur des inondations.
Le maire ne voulait pas peser tout de suite sur le « bouton rouge » en appelant les Forces armées canadiennes à Gatineau. « C'est un moyen de dernier recours », a-t-il dit.
Quelques minutes après le point de presse du maire, le ministre québécois des Affaires municipales de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a indiqué que le gouvernement québécois demandait l'aide de l'armée alors que la situation des inondations au Québec s'aggravait.
« Si on a accès à plus de ressources, c'est clair qu'on ne dira pas non, a précisé le maire. On a la capacité sur le terrain, on a la capacité comme ville de faire face à la situation telle qu'elle l'est. Mais si, par exemple, les pompiers nous disent : "on n'a pas les ressources suffisantes pour évacuer le monde, on pèse sur le piton et on demande l'armée immédiatement". »
L'armée doit intégrer les centres de coordination régionaux.
« On va leur proposer des choses », a dit le premier magistrat, sur le coup de 17 h, vendredi.
Par exemple, Gatineau pourrait demander aux militaires d'appuyer la Ville dans la surveillance et la patrouille de la rivière des Outaouais, ou dans les opérations manuelles, comme la livraison de sacs de sable.
« On va évaluer, dans les prochaines heures, quels secteurs précis ont besoin d'aide. C'est un ajout, dit le maire, car de notre côté, les services d'urgence sont capables d'assurer la sécurité des personnes et des biens. »
Les ressources précises que pourrait offrir l'armée n'étaient toujours pas connues, vendredi.
Évacuation
Par ailleurs, la Ville incite toujours les résidents touchés à évacuer leurs maisons, par mesure préventive.
Certains sinistrés tiennent mordicus à rester dans leurs maisons, pourtant fortement touchées par la crue des eaux.
« Il faut aussi respecter la volonté du citoyen, commente le maire. Si les policiers, les pompiers voient ça comme une menace imminente pour les gens, on peut les forcer à sortir. »
Pour l'instant, aucun citoyen n'a été forcé de quitter son foyer, a précisé Jean Pilotte, chef de division du Service de sécurité incendie. Les autorités appellent les Gatinois à se préparer « pour plusieurs jours », car, même après la fin des fortes pluies, l'eau mettra beaucoup de temps à se retirer.
Le niveau de la rivière est demeuré relativement stable dans le secteur Gatineau, vendredi, alors que les eaux se sont un peu plus gonflées dans le secteur Aylmer.
Au moment d'écrire ces lignes, quelque 254 personnes ont quitté volontairement leur demeure à Gatineau, 260 ont été prises en charge, et 250 bénévoles se sont inscrits pour venir en aide à leurs concitoyens. Même les paramédics de l'Outaouais viennent prêter main-forte aux autorités. 
Les sinistrés qui veulent obtenir de l'aide pour évacuer leurs résidences doivent composer le 3-1-1. La Croix-Rouge est prête à accueillir et aider les sinistrés.
Les entreprises désirant faire des dons de vêtements, de nourriture ou d'autres biens peuvent le faire en appelant la Croix-Rouge, au 1-800-363-7305, poste 3622980.
Inondations à Gatineau en chiffres
• Deux centres de services aux sinistrés
• Les pompiers ont visité 654 résidences
• La Croix-Rouge a pris en charge 260 personnes
• L'alimentation en gaz a été coupée dans 129 résidences
• L'électricité a été coupée dans 15 maisons
• Plus de 160 000 sacs de sable ont été distribués