L’argent volé aux Gatinois par les firmes collusionnaires au début des années 2000 et depuis recouvré par la Ville servira en quelque sorte à mettre au baume sur les plaies des sinistrés des inondations.

L’argent de la collusion pour panser les cicatrices des inondations

L’argent volé aux Gatinois par les firmes collusionnaires au début des années 2000 et depuis recouvré par la Ville servira en quelque sorte à mettre au baume sur les plaies des sinistrés des inondations.

Le conseil municipal a convenu, jeudi, lors des décisions finales dans le cadre de l’étude du budget 2020, de piger 1,4 million $ provenant du programme de remboursement volontaire pour financer le réaménagement des terrains laissés vacants par les démolitions à la suite des inondations de 2017 et 2019.

« Je pense que les citoyens peuvent y voir un certain retour, a mentionné la conseillère de Pointe-Gatineau, Myriam Nadeau. On a été victime de collusion et maintenant, cet argent-là, on va le remettre en qualité de vie dans un secteur où les gens ont été très éprouvés. »

Les projets qui seront financés à partir de cette enveloppe ne sont pas encore déterminés. Il faudra attendre encore un an avant que le plan d’aménagement en cours de préparation par le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO) soit complété.

« On parle beaucoup de gestion de l’eau de surface, de revégétalisation et de renaturalisation des terrains, a noté Mme Nadeau. Ça pourrait aussi permettre d’imaginer des infrastructures naturelles ou encore des travaux pour élargir par exemple le ruisseau Moreau pour en faire un lieu plus grand de rétention d’eau ou pour créer un corridor pour la rivière en période de crue. C’est ce genre d’investissements qui seront réalisés. »