L'ancien ombudsman de la Ville de Gatineau, André Guay

L’ancien ombudsman s’opposait au déménagement

Pendant que les politiciens étaient occupés à leurs activités de campagne électorale, l’automne passé, le Bureau de l’ombudsman de Gatineau (BOG), déjà en froid avec l’administration et le cabinet du maire, se faisait montrer la sortie de la Maison du citoyen par la direction générale.

C’est à la toute fin du mois de septembre que l’ancien président du BOG, André Guay, a appris que l’arrivée d’un nouvel employé dans l’équipe de la Vérificatrice générale avec qui le BOG partageait les mêmes bureaux forçait l’administration à relocaliser l’une des deux entités. La décision à savoir qui allait devoir quitter les bureaux devenus trop petits revenait à la direction générale. 

Dans une lettre datée du 29 septembre, adressée au maire et à la directrice générale, et dont Le Droit a obtenu copie, M. Guay insiste sur « l’importance de maintenir » les bureaux du BOG à la Maison du citoyen, notamment en raison du lieu géographique central pour les citoyens et de la proximité avec les services administratifs, le cabinet du maire et les autres conseillers. 

« Advenant que la décision privilégiée par l’administration soit de nous relocaliser dans de nouveaux locaux, nous vous rappelons que compte tenu de la mission et du mandat du Bureau auprès des citoyens, cette relocalisation devrait se situer dans l’enceinte de la Maison du citoyen », écrit André Guay. 

Une rencontre entre la direction générale et la secrétaire générale du BOG était alors prévue le 10 octobre. 

Questionné à ce sujet par Le Droit, le président du conseil municipal et principal intervenant politique dans le dossier du BOG, Daniel Champagne, rappelle qu’en tant qu’élu, la gestion administrative des espaces de bureau ne lui appartient pas du tout. Sans avoir lui-même participé à ces discussions entre le BOG et la direction, il affirme que trois options de déménagement ont été présentées à la secrétaire générale du BOG, mais qu’aucune ne permettait à l’institution de demeurer à la Maison du citoyen.

Deux semaines après cette rencontre, le 23 octobre, lors d’une séance du conseil d’administration du Bureau, il a été résolu à l’unanimité que « les locaux du Bureau de l’ombudsman demeurent dans la Maison du citoyen, enceinte de la démocratie ».

M. Champagne a confirmé, cette semaine, que le BOG déménageait dans le secteur Aylmer. « La situation n’est plus la même aujourd’hui, dit-il. La nouvelle ombudsman par intérim, Marylin Caron, n’y voit aucun inconvénient. C’était peut-être un problème avec les anciens commissaires, mais ils ont tous quitté. Dans la mesure où ces gens-là ne sont plus là, je ne tiens pas compte de cette revendication. »