Des images comme celle-ci à Ottawa pourraient devenir chose courante à Gatineau avec le nouveau concept de rues conviviales.

La voiture ne sera plus la reine dans les rues de Gatineau

L’époque où Gatineau planifiait ses rues en pensant d’abord aux voitures et ensuite, quand il restait de la place, aux piétons et aux cyclistes tire à sa fin. Le nouveau concept des « rues conviviales » doit être pleinement intégré dès le début 2020. D’ici là, les services municipaux auront beaucoup à réfléchir et à faire pour modifier leurs vieilles habitudes.

La commission sur le développement du territoire, l’habitation et l’environnement (CDTHE) a officiellement lancé cette importante discussion en public et dans l’enthousiasme, jeudi, alors que ses membres ont identifié les principaux éléments qui devront nourrir la réflexion des différents services municipaux qui seront impliqués dans ce changement en profondeur.

Le premier constat qui en ressort c’est que ce n’est pas tout de vouloir faire plus de place aux cyclistes et aux piétons, d’ajouter de la verdure et du mobilier urbain. Ce nouveau concept de rues conviviales nécessitera une révision en profondeur de la façon dont se fait l’entretien de ces rues.

« Le déneigement, par exemple, sera un enjeu, a noté la présidente de la CDTHE, Maude Marquis-Bissonnette. Une des raisons pourquoi les rues sont souvent plus larges que ne le souhaiteraient les urbanistes c’est pour faciliter le déneigement. Ça fera partie des préoccupations. La révision de certaines façons de faire doit être sur la table pour qu’on s’assure de respecter le concept des rues conviviales. » Concrètement, pour le déneigement, cela peut vouloir dire, par exemple, plus d’opérations de soufflage.

Les embûches risquent d’être nombreuses, mais la commission est d’avis qu’elles ne doivent pas devenir des obstacles à la mise en place de ces nouvelles rues. « Le tout à la voiture est un paradigme qui doit changer, insiste Mme Marquis-Bissonnette. Oui, ce sera peut-être plus compliqué pour les voitures, mais ça sera plus convivial et sécuritaire pour les piétons et les cyclistes. Par exemple, plutôt que de vouloir à tout prix préserver deux voies pour les voitures et retirer tout le reste, on va peut-être parfois devoir faire le choix d’un sens unique et conserver l’espace pour les trottoirs et une bande cyclable. »

Le modèle des rues conviviales sera d’abord implanté pour les nouvelles rues. Pour les rues déjà existantes, les futurs travaux de réfection devront intégrer le plus possible les éléments du nouveau concept.

« Il y aura des contraintes d’espace, il y aura des choix à faire et la question qui se pose c’est comment ferons-nous ces choix. Je veux m’assurer qu’on ne fasse pas systématiquement le choix d’enlever de la verdure, des trottoirs et des pistes cyclables pour préserver toute la place à la voiture. »

Une politique claire et un devis normalisé qui intégreront le concept de rue conviviale doivent être adoptés au conseil municipal vers la fin de l’automne, ou en début d’année prochaine.

L’intégration officielle du nouveau concept se fera au début de 2020.