En mai 2018, le cycliste a «heurté violemment» une chaîne et un panneau bloquant l’accès à un pont d"une piste cyclable en raison d’une inondation.
En mai 2018, le cycliste a «heurté violemment» une chaîne et un panneau bloquant l’accès à un pont d"une piste cyclable en raison d’une inondation.

La Ville de Gatineau condamnée à verser plus de 5000$ à un cycliste

La Ville de Gatineau a été condamnée à verser plus de 5000$ à un cycliste s’étant blessé lorsque son vélo a heurté une chaîne retenant un panneau signalant la fermeture d’une piste.

L’histoire remonte à mai 2018, lorsqu’un homme circule sur la piste cyclable partant du parc Desjardins, près du boulevard Fournier, vers le ruisseau de la Brasserie.

Le cycliste estime qu’il circulait à environ 20 km/h au moment d’approcher d’un pont aménagé sous un autre pont utilisé par les véhicules embarquant sur l’autoroute 50.

À la sortie d’une courbe de près de 90 degrés, il effectue un virage devant lui donner accès au pont. Il est près de 18h, et en se dirigeant vers l’ouest, il a le soleil dans les yeux.

C’est à ce moment qu’il «heurte violemment» une chaîne et un panneau bloquant l’accès au pont de la piste en raison d’une inondation, est-il rapporté dans une décision rendue le mois dernier par le juge Serge Laurin, devant la division des petites créances de la Cour du Québec.

Le cycliste se retrouve avec l’avant-bras fracturé, de même que des ecchymoses et des égratignures. Il a dû subir une opération pour installer une plaque de métal et huit vis afin de réparer son cubitus. Son vélo subit aussi de lourds dommages.

L’homme a témoigné qu’aucune autre indication n’avertissait les utilisateurs de la piste cyclable, avant l’arrivée au pont, que celui-ci était fermé.

La conjointe du cycliste blessé le suivait et a pu s’arrêter juste à temps. Elle a soutenu qu’en raison de la configuration de la rampe d’accès du pont, la chaîne n’était pas visible.

Le cycliste soutenait que la Ville de Gatineau a commis une faute en installant la chaîne et le panneau à un tel endroit, sans placer d’autres indications ailleurs sur la piste pour signaler la présence des obstacles.

L’homme réclamait divers montants totalisant 14 999,50$, entre autres pour la perte de revenus, le bris de son vélo, des traitements de physiothérapie et la douleur subie.

La Ville soutenait de son côté qu’elle n’était pas responsable de l’accident et que le cycliste n’avait pas fait suffisamment attention.

Sans admettre sa responsabilité, la Ville estimait que les dommages subis se limitaient plutôt à 5676$.

Faute partagée

Le tribunal a statué que sans avertissements plus tôt sur la piste, le panneau indiquant la fermeture du pont représentait un piège et que le danger était caché. La Ville de Gatineau a donc été «négligente» en bloquant de la sorte l’accès au pont, lit-on dans le jugement.

Le tribunal a tout de même souligné que le cycliste a pris un risque en circulant à une vitesse l’empêchant de voir suffisamment loin devant pour apercevoir un obstacle. Le juge a donc attribué le tiers de la faute au cycliste, et les deux tiers à la Ville.

Le cycliste a dû s’absenter du travail pendant huit jours et interrompe ses multiples activités sportives pendant quelques mois à la suite de sa chute.

Le tribunal a déterminé que les dommages subis s’élevaient à 7917$, en incluant 2277$ en pertes non pécuniaires. En enlevant le tiers du montant en fonction de la part de responsabilité attribuée au cycliste, le tribunal a donc condamné la Ville de Gatineau à lui verser 5278$.