Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Maison du Citoyen, à Gatineau
La Maison du Citoyen, à Gatineau

La valeur des permis émis par l’urbanisme a fondu de moitié en 2020

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La valeur totale des permis émis par la Ville de Gatineau a chuté de moitié l’an passé, par rapport à 2019. La baisse est observable tant dans la rénovation que la construction, et ce presque systématiquement dans tous les secteurs de la Ville. 

Interrogé afin d’obtenir un portrait plus clair du volume de travail auquel est confronté le Service de l’urbanisme, le Service des communications affirme que « le volume des demandes de permis et certificats pour 2020 a été très important et une situation similaire est observable pour les premiers mois de l’année 2021 ». Les données mensuelles sur les émissions de permis consultées par Le Droit confirment que les demandes de permis demeurent élevées en 2020, mais la situation n’a rien à voir avec celle qui avait été enregistrée en 2019. Cette année-là, Gatineau avait émis pour tout près de 1 milliard $ en valeur de permis, ce qui représentait près de 4000 nouvelles unités d’habitation sur le territoire. C’était du jamais vu en 30 ans pour les analystes interpellés à l’époque. 

En 2020, la valeur totale des permis émis par le Service de l’urbanisme est évaluée à 497 millions $. La construction résidentielle vaut pour 291 millions $ à elle seule et représente 2910 nouvelles unités d’habitation. Encore une fois plus de la moitié de ces unités sont destinées au secteur Aylmer.

La baisse est tout aussi marquée pour les permis de rénovation résidentielle. Un total de 957 permis de cette nature ont été délivrés pour une valeur de 130 millions $. C’est près de 500 permis de moins qu’en 2019. 

Les demandes de permis pour construire les jumelés, ainsi que pour les quatre et les cinq logements et plus sont aussi à la baisse. La construction de maisons unifamiliales qui ne représente qu’une petite partie des permis émis s’est pour sa part maintenue. L’arrêt des chantiers de construction et l’incertitude provoquée par la pandémie de COVID-19 pourraient en partie expliquer ce ralentissement de l’activité. 

Le Service des communications soutient qu’une situation similaire à 2020 est observable dans les premiers mois de l’année 2021. Les données actuellement rendues publiques par la Ville ne concernent que le mois de janvier. Ces données, bien que fragmentaires, laissent plutôt voir une tendance à la baisse qui se poursuit. En janvier 2020, 157 permis représentant 336 unités d’habitation avaient déjà été émis, alors qu’il n’y en a eu que 86 totalisant 47 unités pour le même mois cette année.

***

À LIRE AUSSI: Un promoteur s’insurge contre un «Robin des bois»

> «Ça déborde» au service d’urbanisme, selon Jocelyn Blondin